Alors que Bernie Sanders démarre sa campagne pour l’investiture démocrate 2020 sur le thème vert, Donald Trump continue d’affirmer son scepticisme vis-à-vis de l’écologie et préfère consacrer son budget au bien-être des rednecks démontrant ainsi que ces derniers préféraient privilégier leur pouvoir d’achat à l’écologie.

Alors que les Gilets Jaunes n’en finissent pas de manifester tous les samedis (pour quoi, pour qui au fait ?) réinventant une démocratie qu’on ne la leur a jamais apprise.

Alors que le grand débat tire à sa fin et qu’il faudra bien faire quelque chose pour les mères isolées (divorcées ou non mariées) et les hommes seuls et sans ressources qui essaient de prendre en charge leurs enfants ou petits enfants 1.
Alors que la campagne de l’élection européenne n’a pas réellement commencé (sauf pour notre Président que le sujet inspire et qui inspire l’Europe).

L’écologie revient au devant de la scène (il se dit que 21% des propositions du Grand débat concernent l’écologie). Déjà en 1970 le Club de Rome avait alerté sur l’épuisement des ressources annonçant des catastrophes à venir, aujourd’hui tous sonnent le tocsin : L’Europe est en péril et la Terre s’épuise.

La démocratie vêtue de jaune retrouve ses débats originels fortement inspirés de pensée libertaire et retourne en maternelle pour y retrouver son B.A-BA

Vade rétro Hobbes!

Savez vous que le plus spectaculaire exemple de révocation eut pour auteur l’anarchiste Ukrainien Nestor MAKHNO3, durant la révolution d’Octobre en Russie ? Ce dernier lors d’un meeting, monta sur scène et tira sur l’orateur, un député de la Douma en lui disant « je te révoque». Est-ce cela qu’ils veulent en matière de Démocratie ces tenants de la démocratie directe ?

D’autres préoccupations occupent les esprits dans d’autres pays, d’autres hommes politiques. Trump est plus intéressé par la gestion de l’Asie et du Moyen Orient. Normal, me direz-vous, il lui suffit de faire travailler la planche à dollars pour régler ses problèmes domestiques.
Bolsonaro rêve de faire de l’Amazonie son Eldorado, alors l’écologie c’est pas son truc.

Orban et Salvini rêvent d’être les Poutine de l’Europe et de bouter hors du vieux continent tous les réfugiés (du Moyen-Orient principalement) qui ne seraient pas chrétiens. Ils ressuscitent ces croisés qui, surpris de trouver des chrétiens bronzés au Liban, les brûlèrent dans leur église oubliant que Jésus est né au Moyen-Orient.

En Israël pays des contrastes qui se caractérise par une absence de paix, une augmentation du coût de la vie qui semble sans limite, un déficit budgétaire de 3,5% et un dynamisme extraordinaire mais qui ne profite qu’à une infime minorité, on vit une reconquête démocratique qui commence par un référendum « Pour ou contre Netanyahu» (moi je suis contre et vous ?) alors l’écologie, ce sera plus tard.
Cependant, les Israéliens ont 3 raisons au moins de ne pas faire de l’écologie leur priorité (outre le fait qu’ils n’ont jamais connu la paix en 71 ans d’existence) :

  1. Une confiance quasi sans bornes dans la capacité technologique du pays ;
  2. Un attachement biblique et historique à la préservation de la planète ;
  3. La priorité donnée à la défense du pays sur la défense de la planète ;

Il y a dans le pays de la bible, une forme de patriotisme qui se traduit par des gestes citoyens. Les juifs trop longtemps privés du droit de cultiver la terre ont pris à cœur le métier d’agriculteurs et pour la plupart très cultivés se sont comportés en ingénieurs plus qu’en paysans.

Ils ont véritablement créé une révolution agricole et ont été longtemps les modèles d’une agriculture alliant préservation des ressources et efficacité. Ils traitent maintenant l’agriculture comme tout autre domaine relevant des nouvelles technologies et le nombre des start up rattachées à l’alimentation ne cesse de croître.

La Thora qui est l’ADN des Israéliens (qu’ils soient religieux, traditionalistes ou athées) leur rappelle que la terre n’est pas notre propriété, elle nous a simplement été confiée et le déluge montre qu’elle peut nous être retirée à tout moment. Cette expérience de catastrophe n’est pas unique, Sodome et Gomorrhe, les dix plaies en sont d’autres exemples, car la nature est indissociable de Dieu auquel elle doit se soumettre totalement.

Qui donc à inventé la jachère ?
Les terres doivent se reposer comme les Hommes. Pour les Hommes on a créé le Shabbat. Pour la Terre on a instauré tous les 7 ans la shmita («année de rémission») pendant laquelle la Terre devait être au repos. Bien plus, on a décrété que les dettes devaient aussi s’éteindre avec la shmita tous les compteurs sont donc remis à zéro tous les 7 ans.

En même temps on a aboli l’esclavage en mémoire des temps ou le peuple juif était esclave des Pharaons et pour ne pas l’oublier on le rappelle sans ambiguïté à Pessah4.
Bel exemple de synthèse écologique, sociale et économique.
Pourquoi ne s’en inspire t-on pas ?

La protection de la nature est importante dans la tradition juive. Cependant, le judaïsme affirme clairement que la préservation de la nature n’est pas le but principal de l’humanité. Pourtant l’eau du Kineret (lac de Tiberiade) est à un niveau alarmant, la mer morte se meurt, l’agriculture intensive fait des ravages et gorge la terre de substances nocives, la mal bouffe sévit auprès des enfants et de leurs parents et nombre de citoyens se comportent comme des prédateurs vis-à-vis de l’espace public. Souvenons-nous, nous sommes au cœur de la société de consommation.

Pour revenir en France, je trouve absurde cette façon de donner des frontières à l’écologie. Un ministère de l’Ecologie n’a pas de sens. Tout est écologie ou rien ne l’est.

Cette façon d’opposer la fin du mois à la fin de la Terre est absurde.
C’était le propre des politiques d’avoir une vision de notre avenir, non ? Jaurès, De Gaulle, Mitterrand et tous ceux qui les accompagnaient portaient un projet et le disaient !

Mais j’ai oublié que désormais, seules les capacités de communication sont prises en compte. C’est vrai qu’au 21ème siècle seul le court terme importe. Et on se dit stratège ?

Peu importe qu’on se trompe, tout le monde convient que le monde est très compliqué et qu’il y a une infinité de futurs possibles. Se battre pour ses convictions et chercher à rendre le meilleur futur possible c’est cela l’engagement. Et si le politique n’a pas de convictions, s’il n’a qu’une vision dogmatique que fait-il en politique ? Autant qu’il fasse du commerce !

L’écologie est l’affaire de chacun tout en étant l’affaire de tous. Commençons à l’expliquer depuis l’école. Toute dépense consacrée à préserver la planète doit être déductible de ses impôts. Nos constructeurs doivent avoir l’obligation de proposer des véhicules propres (principalement électriques) au même prix que les véhicules fonctionnant à l’essence. Alors que cette élection européenne nous serve à faire de la vraie politique en incluant court et long terme, en proposant des mesures réalistes et en affichant et développant nos convictions.

Il ne faut pas opposer conviction et pragmatisme !

1. Les femmes ont plus que les hommes le sens du temps long cependant cette qualité est incompatible avec la précarité financière et l’absence de perspectives.

2. Philosophe anglais de la fin du XVIeme siècle auteur du Léviathan. Il définit le concept de contrat social et est considéré comme l’inventeur de l’Etat libéral.

3. Ce libertaire communiste , inspiré par Kropotkine, Bakounine et Proudhon s’opposait à la fois aux troupes tsaristes et aux communistes  En 1919, ses groupes de guérilla se transforment en une véritable armée, la Makhnovchtchina qui compta jusqu’à 50 000 hommes.

4. Jésus et les apôtres (tous Judéens, israéliens ou Palestiniens qu’importe) sont très souvent représentés célébrant Pessah (la Cène).