Le réchauffement global est un sujet de plus en plus actuel. La vague de chaleur meurtrière qui a affecté cet été le Japon, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Grèce, la Sibérie et la Suède, entre autres, est sans précédent.

Au premier abord, nous ne voyons pas de lien direct ou explicite entre nos actions et leurs conséquences, comme le réchauffement global sur la nature. Cependant, plus nous étudions la nature, plus le lien entre les deux devient évident. Des études de la NASA (National Aeronautics and Space Administration) suggèrent que les variations climatiques extrêmes ne sont pas le fruit du hasard : « La tendance actuelle au réchauffement est d’une importance particulière parce qu’il est hautement probable (à plus de 95 %) qu’elle soit la conséquence de l’activité humaine. » La plupart des organisations scientifiques de premier plan dans le monde ont souscrit à cette conclusion.

Nous agissons comme si nous étions deux entités distinctes – l’homme et la nature – mais nous existons dans un seul système fermé. De plus, le rôle actif que nous jouons dans la nature se trouve là où nous nous y attendons le moins – dans nos pensées, nos intentions, nos aspirations et nos désirs – qui font tous partie intégrante du système naturel et qui jouent un rôle essentiel dans notre équilibre ou déséquilibre avec la nature.

Quelle influence avons-nous réellement ?

Il peut sembler que la nature fonctionne de manière aléatoire, sans finalité ni orientation, mais au contraire, la nature fonctionne avec une exactitude minutieuse, conformément à un ensemble de lois prédéterminées qui en guident les détails vers un but unique et homogène : la connexion positive de l’humanité comme une seule société humaine. Comme l’écrit le kabbaliste Yéhouda Ashlag, « Toutes les voies de la création, dans chaque recoin, entrée et sortie, sont entièrement prédisposées dans le but de nourrir l’espèce humaine en son sein pour améliorer ses caractéristiques ».

Les humains se trouvent au sommet de cette pyramide à quatre niveaux de la nature, tandis que les autres niveaux plus bas – minéral, végétal et animal – subissent directement notre influence. Cependant, nous, les humains, sommes les seuls à agir essentiellement dans notre propre intérêt à l’intérieur de ce système, ce qui cause de la souffrance aux autres niveaux de la nature, y compris à nous-mêmes.

Si nos relations sont négatives – abusives, manipulatrices et malhonnêtes – alors une réaction en chaîne négative se déclenche à tous les niveaux du système. Donc, si nous établissons des relations positives – de soutien, d’amour et de bienveillance – cela déclenchera une réaction positive qui se propagera à travers tout le système.