Alors qu’Israël est une fois de plus mis au pilori en France pour sa riposte à Gaza, jugée « disproportionnée », peu de voix se font entendre dans les médias français pour défendre la position d’Israël.

 

Trois semaines après le début de cette guerre contre les organisations terroristes à Gaza, aucune manifestation pro-Israël n’a été organisée à Paris alors qu’aux Etats-Unis, en Hongrie ou à Vienne et même à Marseille, on a pu voir des milliers de personnes descendre dans les rues pour soutenir Israël.

Les manifestations de soutien à Gaza, interdites ou autorisées, se multiplient et le silence de la communauté juive parisienne est assourdissant.

Les juifs de France ont-ils peur ? Je vois des amis FB prendre des pseudos sans consonance juive, on me parle d’autres qui retirent la mezouza et certains qui au travail baissent la tête quand on évoque la situation au Proche-Orient.

Le climat en France est devenu insoutenable pour les juifs me disent mes amis de France, suspectés d’être automatiquement des « sionistes », un terme devenu injurieux en France.

Les personnalités juives françaises préfèrent ne pas s’exprimer sur le sujet et  alors que la cause d’Israël n’a jamais été aussi juste, on a le sentiment en regardant la télévision en France qu’un drame se joue pour le peuple palestinien sans que personne ne puisse donner le point de vue israélien.

Meyer Habib, député français de la 8e circonscription, a vu sa page Facebook fermée, apparemment suite à des plaintes, sa défense d’Israël ayant du irriter les propalestiniens.

Invité sur les plateaux des chaines de télévisions françaises et sur les ondes des radios nationales, M. Habib, qui n’a pas sa langue dans sa poche, a défendu Israël et son droit de protéger sa population sans craindre l’habituel reproche fait aux juifs de France, soit la double allégeance.

On peut déplorer le silence des autorités israéliennes qui ont apparemment décidé de ne pas intervenir sur la scène médiatique francophone, hormis l’excellent porte-parole du ministère des Affaires étrangère Ygal Palmor. Mais est-ce le rôle d’un député français de défendre Israël ?

Quand la morale est du côté d’Israël, ce n’est pas un député français qui devrait prendre la défense de l’Etat hébreu mais l’ensemble de la classe politique.

Notons que d’autres députés ont courageusement défendu Israël, notamment Christian Estrosi et Claude Goasguen. Mais comment la France qui dans la bouche de son président a affirmé le droit pour Israël de se défendre, continue de financer le Hamas même si officiellement cet argent est censé aller à des besoins civils.

Au-delà de la communauté juive de France, on aurait dû voir des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Paris pour dénoncer l’islamisme qui menace Israël mais aussi la France et l’Europe.

Une manifestation, la première depuis le début de l’opération israélienne, est organisée par le Crif jeudi prochain, devant l’ambassade d’Israël, mais se rassembler devant l’ambassade d’Israël n’est-ce pas un peu facile quand les pro-Gaza ont manifesté place de la République et à la Bastille?

Les dirigeants du Crif craignent apparemment qu’on leur reproche cette double allégeance alors qu’en France, on manifeste avec des drapeaux turcs, algériens et même avec ceux de l’EEIL dans les rues de Paris.

Marqués par l’opinion publique d’une étoile de David invisible sur leur poitrine, les juifs de France devraient la porter fièrement sans craindre d’être accusés de double allégeance, la cause d’Israël est juste et il est temps de la défendre.

Michaël Blum