J’ai récemment suggéré que le débat international sur la compatibilité de l’islam et de la modernité est biaisé, et l’ai donné en exemple le fait que les Kurdes sont définis par quasiment toutes leurs caractéristiques à l’exception de leur religion dominante.

Le débat sur la compatibilité de l’islam avec la modernité est le combat qui est mené dans les rues de Kobané.

Des Musulmans barrant la route à d’autres Musulmans, devrait être un signe clair pour le monde occidental que les Musulmans ne sont pas trop comme ISIS, mais que des Musulmans sont en première ligne a se battre contre ISIS.

Il est dit que les Kurdes ne se battent pas pour l’islam mais pour leur pays et leur peuple, mais il y a des “freedom fighters” islamiques Kurdes, même s’ils sont peu nombreux, et le Front Islamique Kurde fait partie du Front Islamique syrien, une coalition de forces islamiques modérées qui combattent autant ISIS que Bashar el Assad, et sont la plus grande force armée de la rébellion syrienne.

L’identité est une chose complexe, et la réduire à des fins de discours politique ne fait qu’empirer les choses, le résultat étant que pour la plupart du monde, les seuls musulmans qui comptent sont ceux qui commettent des atrocités, pas ceux qui les combattent.

Et pire encore pour les Kurdes, c’est leur nier une culture commune avec une région qui leur est hostile à cause de leur ethnicité.

C’est un cercle vicieux infiniment dommageable.

Les attaques sur le Kurdistan Irakien ont ravivé les rêves d’un état Kurde au-delà des frontières de l’Iran, Irak, Turquie et Syrie. Des milliers de combattants Kurdes sont venus au secours des Kurdes Irakiens, et défendant leurs frères et soeures, Musulmans, Chrétiens, Yazidis et Ahl I Haqq.

Je ne serais pas surpris si des membres de la Diaspora kurde avaient pris les armes, et s’étaient rendus sur leurs terres se battre contre l’oppresseur djihadiste bien que je n’ai pas vu d’articles à ce sujet.

Ce sont des Musulmans impliqués dans un combat national, mais que sommes nous censés penser de ceci : des Kurdes allemands quittent l’Allemagne pour se battre du coté de ISIS, malgré leur massacre à ciel ouvert de Kurdes au Moyen-Orient.

Ils préfèrent se battre au nom du pire groupuscule musulman de l’histoire moderne que de défendre leurs parents Kurdes.

Ils préfèrent tirer sur leurs parents Kurdes que de les défendre.

Ils préfèrent rejoindre un gang aussi déterminé à les tuer que de les accepter dans leurs rangs.

Personne n’a dit que les Kurdes n’étaient pas Musulmans, cet aspect de leur culture est tout simplement ignoré au profit du narratif nationaliste qui est autant bénéfique aux Kurdes par le soutien occidental qu’il apporte, qu’il leur est néfaste dans leurs relations avec leurs voisins.

C’est nier aux Kurdes leurs identitées, c’est leur nier le pont avec leurs voisins qui ne les comprennent absolument pas, et les définissent comme l’autre.

C’est nier à l’islam ses guerriers modernes, ses Saladins modernes, et obscurcit la réalité transnationale du monde musulman qui est riche, complexe et diverse, et ne devrait pas être ramenée systématiquement à ces aspects les plus négatifs.