À Ryad, lors de la première étape de sa tournée des trois monothéismes qui l’emmène à Jérusalem et à Rome (mais désolé, pas à La Mecque qui est inaccessible), Donald Trump a prononcé un discours important sur une série de sujets – le Moyen-Orient, la violence djihadiste, l’Iran, un « OTAN arabe » et l’islam. Une prestation mitigée mais globalement positive.

D’une durée de 34 minutes, ce discours compte plusieurs points négatifs : incohérent, passant d’un sujet à l’autre et parsemé de retours en arrière, le propos n’est ni éloquent ni pénétrant (comme par exemple : « Les terroristes n’adorent pas Dieu, ils adorent la mort. ») Par endroits, il contient des euphémismes du style d’Obama, tels que cette déclaration indiquant que les grands défis de l’histoire sont devant nous, un objectif qui transcende toute autre considération : « pour surmonter l’extrémisme et vaincre les forces du terrorisme. »

Et ne parlons pas du côté grotesque avec l’annonce de l’ouverture à Riyad, quartier général du wahhabisme, d’un « Centre mondial pour la lutte contre l’idéologie extrémiste ». J’ai frémi quand j’ai entendu Trump qualifier l’Arabie saoudite de « terre sacrée ». J’ai eu un haut-le-cœur en l’entendant faire un éloge appuyé du roi Salmane, dont on sait qu’il a, pendant les années 1990, contribué pour des dizaines de millions de dollars au financement de la violence djihadiste en Bosnie et au Pakistan.

Le contexte du discours est extrêmement préoccupant : les accords américano-saoudiens d’un montant total de 380 milliards de dollars confèrent à un régime tyrannique un supplément d’influence sur les Américains. L’acquisition d’armements américains par les Saoudiens pour une valeur de 110 milliards de dollars met un vaste arsenal à la disposition d’un gouvernement dont les objectifs diffèrent radicalement de ceux des Américains.

Mises à part ces réserves qui sont loin d’être insignifiantes, il s’agissait d’un bon discours annonçant un changement majeur dans la bonne direction par rapport aux années Obama, particulièrement en ce qui concerne l’Iran et l’islam.

L’élément le plus remarquable est la volonté de Trump de désigner l’idéologie de l’islamisme comme l’ennemi. Ceci est d’une importance capitale : à l’instar du médecin qui doit d’abord identifier le problème médical avant de le traiter, le stratège doit identifier l’ennemi avant de pouvoir le vaincre. En parlant d’« agents du mal », de « terroristes » et d’« extrémistes violents », on ignore le caractère islamique de l’ennemi.

À cet égard, le passage clé du discours (à 22’25’’) est le suivant : « Il y a encore beaucoup à faire à savoir, affronter en toute franchise la crise de l’extrémisme islamique, des islamistes et du terrorisme islamique de toutes sortes. » (La version écrite du texte était la suivante : « l’extrémisme islamiste et les groupes terroristes islamistes » mais au moment de parler, Trump a fait des changements. Alors qu’islamiste est plus précis qu’islamique, sur le plan politique, les deux ont la même teneur.)

Il s’agit d’un événement remarquable et sans précédent pour un dirigeant américain s’exprimant de la sorte dans la capitale du Royaume d’Arabie saoudite et qui plus est, lors du « Sommet arabe islamo-américain » organisé par les Saoudiens et en présence des dirigeants de quelque 50 pays à majorité musulmane. « J’ai vos numéros », a dit en substance Donald Trump. « Donc, ne jouez pas avec moi. »

Il a confirmé ce point à plusieurs reprises dans son discours : « Les pays à majorité musulmane doivent prendre la tête de la lutte contre la radicalisation » ; « Les nations musulmanes doivent être prêtes à prendre sur elles-mêmes si nous voulons vaincre le terrorisme et envoyer son idéologie épouvantable aux oubliettes » ; une mention du tribut humain qu’ont coûté « l’EI, Al-Qaïda, le Hezbollah, le Hamas et tant d’autres. » Et son appel à faire front « contre le meurtre de musulmans innocents, l’oppression des femmes, la persécution des juifs et le massacre des chrétiens. » Sur la nature du problème, il n’y a donc aucune ambiguïté.

Toutefois, un discours ne fait pas une politique. Il est arrivé naguère à George W. Bush et Barack Obama de parler respectivement d’« islamo-fascisme » et d’« islamistes ».

Obama a même évoqué les « djihadistes ». Cependant ces termes explicites n’ont eu aucun poids réel sur leur politique.

De la même manière, les Premiers ministres britanniques Tony Blair et David Cameron ont prononcé de magnifiques discours sur l’islamisme mais ces derniers ont eu tout aussi peu d’impact sur les actions de leurs gouvernements.

Pour que le discours de Trump fasse la différence, il faut que cela marque le début d’une approche cohérente destinée à reconnaître que l’idéologie islamiste est au cœur du conflit – et que la violence n’est que l’une de ses manifestations et peut-être pas la plus dangereuse.

Pour commencer il serait bon de rappeler le discours prononcé en août de l’année dernière par le candidat Trump qui déclarait que « l’un de mes premiers actes en tant que président sera de créer une commission sur l’islam radical… pour identifier et expliquer à la population américaine les convictions et croyances profondes de l’islam radical et mettre au jour les réseaux, présents dans nos sociétés, qui soutiennent la radicalisation. »

La commission « mettra au point de nouveaux protocoles pour les officiers de police locaux, les enquêteurs fédéraux et les inspecteurs de l’immigration. »

Eh bien, allons-y, Monsieur le Président ! Le moment est venu de mettre sur pied une Commission de la Maison Blanche sur l’islam radical.

Version originale anglaise (21 mai 2017) : Trump’s Saudi Speech: Pretty Good

Traduction française : Johan Bourlard