C’est l’histoire de 3 député(e)s français qui essayaient : de se frayer un chemin via les routes habituellement utilisées par les apprentis-djihadistes pour rejoindre DAESH ; en pleine zone de guerre ; avec des ambitions soit touchantes soit navrantes au choix selon votre sensibilité.

Le pire dans cette histoire, reste que moi mis à part, pas grand monde s’en fait l’écho et que leur action ne changera rien ni au déroulement, ni à l’issue du conflit syrien.

Je souhaiterais juste leur rappeler que leur tentative délibérée de mise en danger de leur propre personne en tant que Député(e)s de la Nation française peut nous coûter cher symboliquement, humainement, financièrement…

Ne confondons pas diplomatie parlementaire avec aventure solitaire en mal de couverture médiatique…