Ces derniers temps, les « Yordim » font couler beaucoup d’encre. Or le phénomène des israéliens expatriés a souvent tendance à être minimisé. Il est vrai aussi qu’il est difficile de se faire une idée de l’ampleur et de l’évolution du phénomène tant les statistiques israéliennes ne permettent pas réellement de le mesurer (1). Le Bureau Central des Statistiques parle tout de même de 750 000 personnes, soit environ 10% de la population. Il reste difficile de connaître le type de motivations – politiques ou économiques – qui les a menés à quitter Israël.

Récemment, et il en a été question dans un blog de The Times of Israël, un israélien a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Il a suscité la polémique en créant une page intitulée « Olim Le Berlin » dont une vidéo posté sur Facebook vantait le prix (bien plus démocratique à Berlin qu’en Israël) d’un pot de mousse au chocolat industriel, le (devenu fameux) « Milky ». Si c’est sans doute vrai qu’une partie des israéliens s’expatrie pour des raisons purement individualistes – et bien que ce phénomène en dit long sur l’état de la société israélienne aujourd’hui dont une importante part du budget national est consacrée à sa sécurité – de plus en plus d’israéliens expatriés pour des raisons politiques se font entendre. Le phénomène n’est pas nouveau mais il est toujours resté assez discret et confiné dans les milieux artistiques ou académiques, pas « dérangeant » en somme.

Aujourd’hui ce sont des citoyens israéliens expatriés et engagés pour la paix qui appellent le parlement de l’Union Européenne à reconnaître l’Etat Palestinien. Dans leur appel « Israelis for recognition of a Palestinian state » sur Facebook, ils se disent « préoccupés par l’impasse politique dans lequel se trouve leur pays. Intimement convaincus par le fait qu’israéliens et palestiniens sont indissociablement liés sur ce petit lopin de terre qu’est Israël-Palestine, ils soutiennent l’initiative prise par le parlement de l’UE pour reconnaître l’Etat de Palestine, seul moyen de faire progresser les perspectives de paix et encourager Israéliens et Palestiniens à mettre fin à leur conflit (2)« 

L’appel est renforcé par une pétition (3) signée, entre autres, par d’éminentes personnalités écrivains, académiques et politiques. Cette pétition sera remise aux députés européens ce mercredi 26 novembre devant le parlement ou se tiendra un débat en plénière sur la reconnaissance d’un état palestinien, avec la présence de la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini.

(1) les données de l’immigration ne permettent pas de distinguer les immigrés récents et les citoyens israéliens nés à l’étranger

(2) traduit de l’anglais

(3) plus d’information sur la pétition: http://www.caabu.org/news/news/israeli-petition-favour-recognition-palestinian-state