L’art prend toutes sortes de formes, s’expriment dans tous les langages, traverse tous les horizons.

Par delà le monde connu, ce sont les images du monde à venir qui prennent corps dans les œuvres de Orit Martin, dans sa dernière exposition, « Des Echelles vers le Ciel », au Théâtre de Jérusalem, visible jusqu’au 9 janvier.

התעלות

« Elévation » by Orit Martin

Formée à Betsalel, puis à l’Institut de Rafi Lavi et Yaïr Gerbuz, c’est son rapprochement vers le judaïsme qui contribuera à la progression artistique de Orit. La démarche de l’artiste ne tourne pas ici autour d’un rapport à l’esthétique, au contraire elle s’épanouit dans la recherche de la lumière pure.

C’est au travers de sa quête de réponses sur les liens entre la vie et la mort, ce monde-ci et celui d’après, qu’Orit Martin appréhende sa création dans un dialogue complémentaire entre les opposés.

Elle donne ici à voir au spectateur une rencontre avec le Créateur entre terre et ciel, spirituel et matériel, éphémère et éternel, profane et sacré, concret et abstrait, dont l’échelle est le lien.

שפע s jpg

« Abondance » by Orit Martin

L’oeuvre entière de Orit puise sa source dans une vérité aux valeurs universelles. Son langage artistique aux couleurs vives raconte ses rêves.

Elle voit ce qu’elle peint, et elle peint la Lumière de la Vérité. Ce qui relie les hommes entre eux et au monde, ce qui fait du passé et du futur, le moment présent.

Comme le dit l’artiste : « Une image vaut plus que mille mots ». La toile est la scène d’un monde dans le monde, qu’on ne peut percevoir que par le prisme du sensible.