Les apprentis maîtres coq de la diplomatie occidentale ont enfin trouvé la bonne recette, celle qui permettra de trouver la paix, la tranquillité, celle qui fera de Gaza un espace zen ou l’uniforme islamiste sera remplacé par la toge bouddhiste et ou le Dalaï Lama passera pour un va t’en guerre comparé à Mechaal ou Hanyeh.

En fait tous ces morts, cette violence, cette souffrance, cette haine, ces antisémites aux yeux injectés de sang qui défilent de Paris à New York, l’humanité aurait pu s’en épargner la honte si certains avaient compris avant que tout pouvait se régler avec un peu de pognon.

Maintenant nous savons, l’occident va injecter quelques milliards d’euros dans « la Palestine », prélevés sur le budget national bien sur, ou pourquoi pas par « un grand emprunt pour Gaza » le taux de surendettement des états le permettant sans mal, et tout va s’améliorer.

On va construire un port, il faut bien décharger les bateaux remplis d’armes, un aéroport pour la libre circulation des terroristes, des mosquées pour entreposer les missiles déchargés dans le port et accessoirement pourrir les cerveaux de la population, et puis des tunnels bien sur, c’est important les tunnels presque un sport national.

Toutes ces bonnes intentions font toutefois fi de quelques remarques, la première est que cela fait 70 ans que « la Palestine » bénéficie d’un plan Marshall permanent tacite, aucun territoire dans l’histoire n’a bénéficié de tant d’aides extérieures, des milliards de dollars ont été injectés dans le confort de 600.000 réfugiés qui par un prompt renfort se virent 4 millions en arrivant… à la banque.

Je suis taquin, en vérité ils sont bien moins que cela à s’être présentés aux guichets, juste les élites de cette « nation spontanée » qui ont trouvé un filon inépuisable dans la charité internationale pour remplir leurs comptes suisses et koweitiens, le quidam lambda nourri de Dieu et de vierges promises, crève la faim devant les incantations de leaders grassement nourris et bien logés.

Je reviens donc à ce fameux plan Marshall pour « la Palestine », il pourrait être mal vu de considérer que la pléthore d’organisations onusiennes créées ad hoc ou émanations d’organes centraux, aux fonctionnaire rentiers et dévoués, qui dans l’acharnement à conserver une jolie rente de situation n’hésite pas à rajouter le mensonge à la haine et marquer leur action par le signe de l’indécence et de l’infamie, mais à considérer le coût de ces structures inutiles, pour ne pas dire complices (comme les missiles de l’UNWRA sont venus nous le rappeler), mais ne font elles pas déja parties du chimérique « plan Marshal pour la Palestine ».

Et puis le Plan Marshall si il a aussi reconstruit l’Allemagne qui venait de perdre la guerre, l’a fait après la chute des nazis, un plan Marshall à Gaza n’aurait aucun sens tant que le Hamas n’est pas éradiqué totalement, sous peine de voir une fois de plus l’aide financière détournée a des fins personnelles ou militaires.

Un plan Marshall enfin, pourquoi pas, à conditions bien sur que l‘on comprenne réellement ou sont partis les milliards d’euros déjà distribués, de savoir aussi qui seront les donateurs et qu’elle sera la charge financière des dictatures arabes et musulmanes qui attisent la haine à bon compte.

Cependant si un plan Marshall pouvait permettre, si on s’obstine à faire abstraction de la corruption traditionnelle des dirigeants arabes, d’améliorer le quotidien des gazaouis, mais qui contrôlera les réalisations ? qui garantira l’absence de détournement ?, qui s’assurera de l’efficacité des mesures prises.

Injecter de l’argent est chose aisée, mais la réelle difficulté réside dans la réponse aux questions précédentes, l’ONU et ses agences ce sont disqualifiés, l’assemblée générale des Nations unies et ses émanations politiques comme le conseil des droits de l’homme se roulent dans le grotesque par leur acharnement anti israélien, l’UNWRA fait partie d’un système mafieux, L’UNICEF pour la Palestine est pourri de l’intérieur par des permanents militants palestiniens extrémistes à la vision unilatérale du conflit.

Faire confiance aux dirigeants arabes ? le seul fait de le penser ressemble a une énorme blague.

La conclusion est pourtant limpide pas un centime n’aura une utilité tant que la culture de la haine, le culte de la mort, l’exaltation obscène, l’impudeur sanguinaire, l’éducation morbide des enfants, n’auront disparu d’une mentalité intolérante et génocidaire.