Dans son discours au CRIF mercredi dernier, M. Hollande a bien fait de rappeler ce qu’Israël doit, et c’était vrai, à la France des années 1950, et à M. Shimon Peres (Z’L) qu’il a cité nommément, et seul à l’avoir été.

Cela fait belle lurette qu’Israël ne doit plus grand chose à la France, les Palestiniens l’ont remplacé dans ses préoccupations, comme si la France regrettait et faisait marche arrière, s’étant rendu compte de ce qu’Israël représentait comme danger pour son économie, un Israël fort en tout point, devenu un de ses concurrents les plus redoutables.

Voila ce que M. Hollande aurait pu dire à ce dîner du CRIF, et personne ne s’en serait offusqué, car c’est la triste réalité, et ce, depuis 1967 :

LA FRANCE a fixé, avec De Gaulle, les bases pour la paix en 1967 ;

LA FRANCE a fixé pour les Palestiniens ces bases valables encore ;

LA FRANCE a décrété un embargo des armes vers Israël

LA FRANCE a été la première grande puissance à reconnaître l’OLP ;

LA FRANCE a été la première nation à inviter Arafat, son Chef ;

LA FRANCE a été le premier état à ouvrir un bureau de l’OLP à Paris ;

LA FRANCE a fait la fine bouche lors du traité de paix entre l’Egypte et Israël ;

LA FRANCE a accueilli Khomenei et l’a intronisé à Téhéran, merci ;

LA FRANCE ne reconnaît pas Jérusalem comme capitale d’Israël ;

LA FRANCE a fait admettre l’Autorité palestinienne à l’UNESCO ;

LA FRANCE a voté contre Israël pour ses droits à Jérusalem ;

LA FRANCE a voté a l’Assemblée pour un Etat de Palestine ;

LA FRANCE a fait admettre que l’AP ait un siège aux Nations-Unies ;

LA FRANCE a été seule au lever du drapeau palestinien à l’ONU ;

LA FRANCE ne reconnaît pas Israël comme Etat « juif » pluraliste ;

LA FRANCE a condamné le fait qu’Israël soit contre le terrorisme ;

LA FRANCE s’est discréditée pour toutes les négociations de paix ;

LA FRANCE a voté la résolution 2334, coup de poignard au dos ;

et, last but not least, la France a découragé Arafat de signer la paix avec Israël en 2000 à Paris, M. Allbright n’en avait alors pas cru ses yeux…

A part ça la France, c’est vrai, n’a pas eu l’intention jusque là d’en faire davantage, mais elle a ouvert la boîte de Pandore pour laisser la porte ouverte à tous les ennemis d’Israël, en leur donnant la possibilité de dénier les droits politiques et historiques d’Israël, les plus significatifs, pour la survie de ce pays, dans cette région, que ce soit à l’ONU ou à l’UNESCO, merci qui ?