Les manifestations pro arabes qui jalonnent notre existence depuis le début de l’opération israélienne a Gaza, n’ont a priori pas le pouvoir de mettre l’armée israélienne en déroute.

Ce constat de simple bon sens devrait suffire à leur enlever une grande part d’intérêt, or au lieu de cela elles redoublent d’intensité et de violences à tel point d’avoir créé un sentiment de guerre civile dont les victimes désignées seraient tous les membres de la communauté juive.

Arrêtons nous un peu sur ces manifestations, qu’elles soient autorisées ou pas, force est de constater qu’elles recueillent un vrai succès et la mobilisation ne se dément pas, on y trouve pêle-mêle des islamistes purs et durs, des gauchistes attardés, des écolos bornés, des fachos alléchés, un reflet parfait de la galaxie antisémite en France.

Leur organisation est parfaite, les slogans percutants et rodés, scandés sur des airs entraînants, en canon et pas toujours a capella, et puis pendant la manif les affaires continuent, keffieh, badges, drapeaux, tout se vend, tout s’achète…

Bien sûr les violences qui s’ensuivent systématiquement font partie du folklore, les « morts aux juifs » ou « égorgez les juifs » sont finalement entrés dans les habitudes depuis 2009 et, les pouvoirs publics ne relevant pas le délit, c’est devenu un classique des manifestations pro arabes.

Ce petit tour d’horizon met d’autant plus en exergue l’encéphalogramme plat et la capacité de réaction des juifs de France, j’ai beau chercher, observer, scruter, espérer le moindre petit signe de révolte, un bruissement infime en faveur d’Israël, rien ne se passe, rien ne se passe…

Nous qui avons les leaders communautaires les plus bavards, les plus ambitieux, nous qui sommes capables d’avoir dix candidats à un poste de grand rabbin, cinq pour la présidence d’une association, huit pour la présidence d’une institution, aucun, aucun, n’a la présence d’esprit d’appeler au soutien d’Israël.

Ils en appelleront à la « responsabilité dans un climat difficile », il en appelleront aussi sans doute « au respect des victimes », ils en appelleront forcément « aux consignes des pouvoirs publics qui veulent calmer le jeu », mais en aucun cas ils en appelleront a la dignité, à la résistance et à la décence : en Israël on meurt debout, ici nos leaders veulent nous faire vivre couchés !!!

Il ne s’en trouve pas un de la droite à la gauche pour mettre son orgueil de côté et se dire que l’intérêt d’Israël est le meilleur garant de la sécurité des juifs, il ne s’en trouve pas un pour organiser ce grand défilé où l’ensemble des juifs de France se sentant concerné par Israël pourrait enfin dans la fierté et la dignité de citoyens libres, bénéficiant de la protection de l’état, faire entendre soutien et revendications.

Et c’est bien d’une manifestation dont nous parlons, où  toutes les associations même celles se prétendant institutionnalisées devront appeler et soutenir de toutes leurs forces, et non pas un pitoyable rassemblement tenu entre 4 barrières derrière un épais cordon de gendarmerie.

Nous ne manifesterons pas pour soutenir une action militaire mais pour honorer les enfants d’Israël morts au combat ainsi que pour affirmer le droit au pays des juifs de vivre en paix.

C’est en cortège que nous nous rendrons au coeur de Paris, sans craindre la haine et la violence des barbares qui nous haïssent, nous défilerons non par défi mais par besoin, en scandant l’amour que nous portons à ce pays de liberté.

Partout dans le monde des manifestations de soutien ont lieu, la France une des plus grande communautés juive de diaspora doit apporter une voix forte et unie dans ce combat.

Israël est plus qu’un pays c’est un refuge, il doit maintenant devenir un sanctuaire.