Comme tout le monde, le touriste juif est attaché à la découverte des incontournables de la destination qu’il visite. Il en est de même pour Copenhague.

Le Danemark a construit sa capitale autour d’un centre-ville historique datant du moyen-âge, embelli ces 50 dernières années par de nouvelles constructions, intéressantes et plaisantes aux yeux des visiteurs.
La Banque nationale, les bâtiments de Henning Larsen et Lundgaard / Tranberg sont autant de remarquables illustrations de l’architecture nordique. Car il en existe bien une !

Ayez l’audace d’entrer dans les cours, mais visitez aussi les constructions du roi bâtisseur Christian IV (Place royale, ancien Opéra, Nyhavn, la Bourse et le fameux quartier de Christianshavn, sa fameuse sirène et son petit port typique, avec canaux, vieux bateaux et cafés.
Comme dans à peu près toutes les villes et villages où ont vécu des juifs, des traces demeurent, pourvu qu’on veuille les retrouver.

La synagogue bien sûr avec son petit caractère architectural égyptien : bâtie en 1833 par Gustave HETCH, c’est un incontournable de la visite du touriste juif. Il faut savoir que ses rouleaux de la torah -menacés pendant la seconde guerre mondiale- ont été cachés à l’église de la Trinité de la ville puis restitués après la guerre.

Le musée juif de Copenhague, conçu par Daniel LIBESKIND, à qui l’on doit l’émouvant musée juif de Berlin doit faire partie de la visite. Il raconte et restitue l’histoire des habitants juifs et celle des non juifs (souvent de simples pécheurs) de Copenhague qui œuvrèrent pour protéger des juifs (7000) de la persécution nazie. Y sont également présentés des pièces de l’art et de la culture des juifs du Danemark.

Enfin, quartier de Norrebro : le vieux cimetière juif de Copenhague. Fondé en 1694, (utilisé jusqu’en 1967) renferme près de 5500 tombes dont certaines datent de 1693 (celle d’un jeune bijoutier juif nommé Davis Israël). Un lieu de mémoire et de pèlerinage où toute une partie de l’histoire des arts, musique, littérature et sciences du Danemark -souvent portée par des juifs- est inscrite pour l’éternité dans la pierre.

Se changer les idées et découvrir à pied, en bus, en tram, ou en bateau (les ports, les canaux et la façade maritime). Si vous tenez en équilibre dessus, parcourez à vélo la capitale verte de l’Europe.
Visitez NYHAVN (le quartier du nouveau port) aux maisons aux façades polychromes, où commerçants, artisans et bateaux s’offrent à votre curiosité le long des quais.

Nombreux bars et restaurants … aux délicieuses terrasses où il est agréable de se délasser. Ne manquez pas les Jardins TIVOLI : immense parc d’attractions au cœur de la ville, où il fait si bon s’aérer et se distraire.

Ne passez à coté de la plus vieille maison de Copenhague (1670), mais aussi, la pointe de l’ile AMAGER, où se situe un village connu depuis le 12e siècle pour la pêche aux harengs, et sa mise en conserve. Tout le charme des images des immigrants hollandais de l’époque qui firent sa réputation y sont encore. Ruelles pavées et fleuries, maisonnettes à colombages, parfois recouvertes de toits de chaume. Façades ocre jaune.

C’est de là que sont parties les embarcations chargées des réfugiés juifs fuyant la progression des armées nazies, vers la Suède voisine. On dit que près de 500 juifs furent sauvés dans le seul village de Dragor.

Une de ces embarcations (l’Elizabeth) a été récemment rénovée et exposée sur place.
A l’approche des beaux jours, voilà de quoi remplir plus de 3 à 4 jours de petites vacances. Copenhague est une destination nouvelle à laquelle vous devez vous intéresser.