La manifestation d’un groupuscule raciste contre le mariage d’un Arabe de Yaffo avec une juive convertie à l’Islam a provoqué des réactions de la classe politique israélienne, qui ont fait du bruit dans le monde entier.

Le besoin de conserver son identité juive est naturel et on peut comprendre que certains soient attristés qu’une fille juive quitte son peuple pour rejoindre un autre, par amour.

Que le ministre des Finances Yaïr Lapid veuille que ses enfants se marient avec des juifs est naturel, la conversion à une autre religion et le mariage mixte a toujours été une menace pour l’avenir du peuple juif.

Des communautés entières ont disparu suite à l’assimilation galopante en diaspora mais ce mariage n’a rien à voir avec ce phénomène.

Cette manifestation n’était pas vraiment un acte de défense de l’identité juive mise en péril par ce mariage mais tout simplement une manifestation raciste d’un groupe de fanatiques anti-arabe.

Des centaines de milliers de personnes vivent dans ce pays sans pouvoir se marier car non-juifs bien qu’ayant bénéficié de la loi du retour leur accordant la nationalité israélienne.

Pour ces israéliens d’origine russe et d’origine juive, pas de possibilité de se marier légalement.

Quand un soldat d’origine russe veut épouser l’élue de son cœur après avoir donné 3 ans de sa vie pour son pays, on lui rappelle qu’il n’est pas juif et qu’il doit se convertir, selon les critères les plus orthodoxes ou se marier en dehors du pays.

Le député Elazar Stern, lui-même religieux, a déposé un projet de loi afin de faciliter les conversions et de permettre d’éviter les mariages mixtes.

Or ce projet de loi ne plait pas aux partis religieux, y compris au parti Foyer Juif, pourtant plus modéré que les formations ultra-orthodoxes.

A lieu de lutter contre les mariages mixtes et éviter des naissances de non-juifs qui seront plus tard eux même empêchés de se marier en Israël, les partis religieux préfèrent se battre contre cette loi.

Quelques dizaines de mariages judéo-arabes se déroulent chaque année en Israël, quand l’un des conjoints se convertit à la religion de l’autre, un phénomène plus que marginal.

Ces unions sont logiques vu que les deux peuples partagent la même terre et souvent la même nationalité et je ne vois pas en quoi ça menace l’identité juive de ce pays.

L’association Lehava devrait être interdite par la loi au vu de ses messages incitant à la haine et à la violence (le slogan « mort aux arabes » étant en général leur unique message) mais étonnamment la police leur a donné l’autorisation de manifester contre ce mariage.

Le seul moyen de lutter contre l’assimilation est de faciliter les conversions au judaïsme d’une partie de la population israélienne privée de droits et surement pas de crier « Mort au arabes » dans la rue.