Il faut se rendre à l’évidence, toutes ces conférences ne mènent à rien.

Obama avait laissé entrevoir de belles perspectives, mais il a dès le début de son premier mandat avec son discours du Caire, tout gâché en prenant Israël à rebrousse poil.

Malheureusement il le finit comme il l’avait commencé, à croire que tel était son but, faire tout pour déstabiliser Israël au plan politique, tout en lui donnant au plan militaire tout ce dont il a eu besoin.

Un cycle se termine, tout le monde a mis la pression sur Israël, rendant les quelques implantations en Judée-Samarie responsables de tous les maux, comme si avant qu’Israël ne retourne dans cette région, aucun problème n’existait entre les pays arabes et les palestiniens qui y vivaient.

Tout laisse penser qu’un nouveau cycle s’ouvre avec l’arrivée de M.Trump, celui-ci, en mettant d’ores et déjà la pression sur les palestiniens, a complètement redistribué les cartes.

Les palestiniens devront désormais changer de stratégie s’ils veulent avoir une chance d’obtenir ne serait-ce qu’une autonomie dans un premier temps, dans les territoires qu’ils occupent et qu’ils considèrent comme un état, en plus de l’état islamique terroriste de Gaza…

Ce qui en ferait leur deuxième état quand même…

Les palestiniens devront changer en ce sens :

1- Reconnaître enfin Israël comme étant l’état du peuple juif.

2 Revoir l’éducation dans la haine d’Israël, de ses enfants et changer en un sens plus éducatif leur programme scolaire,

3 Se mettre d’accord avec le Hamas pour qu’il revoit sa doctrine suicidaire et terroriste, et qu’ensemble ils soient d’accord pour la paix, sinon à quoi une « demi-paix » servirait…

4 Que l’Autorité palestinienne cesse son hypocrisie qui consiste à condamner le terrorisme tout en les glorifiant et en distribuant des rentes aux familles des terroristes.

5 Abbas doit comprendre que son alliance avec la France, et l’appui des forces défaitistes de gauche en Israël, ne vont pas lui permettre d’obtenir des concessions sur le tapis vert, le statu quo à la longue ne travaillant pas pour lui.

6- Seules des négociations directes, pendant lesquelles il devra faire ces concessions, comme par exemple, la démilitarisation du territoire qu’il contrôlera, l’oubli du retour de tous les réfugiés, accepter que la sécurité aux frontières soit entièrement assurée par les Israéliens, en contre-partie Israël devra trouver une solution pour Jérusalem, quand tous les autres problèmes auront été résolus.

Tous les conseilleurs, au lieu de parler sans cesse de la solution à deux états, de faire pression sur le seul Israël, d’éviter de désigner les véritables responsables, devront exiger des palestiniens, tous les palestiniens, à Gaza y compris, qu’ils acceptent les conditions tout à fait logiques exigées par le peuple israélien avant de leur faire de nouveau confiance.

Espérons que M. Trump qui a compris où se situe le problème, aidera honnêtement une bonne fois pour toutes, à réaliser cette PAIX que tout le monde attend, et surtout les Israéliens qui ont déjà fait beaucoup de concessions sans être payé en retour le plus souvent.