Le Bahreïn co-organise avec les États-Unis une conférence à Manama (capitale du Bahreïn) les 25 et 26 juin prochains. Cette conférence portera sur les aspects économiques du plan de paix américain.

De nombreux pays y participeront et il est probable que le ministre des Finances israélien Moshe Kahlon y soit présent.

Les Palestiniens, pour l’instant, ne souhaitent pas y participer mais, tous les connaisseurs du Proche-Orient savent que tout peut changer quelques jours avant le début de cette conférence.

Le chef de la diplomatie bahreïnie, Khaled ben Ahmed Al-Khalifa assure que le but de cette rencontre est d’aider le peuple Palestinien.

Je suis allé à plusieurs reprises au Bahreïn pour y rencontrer des officiels et des femmes et des hommes de la rue et ainsi, je comprends pourquoi Bahreïn a été choisi pour co-organiser cette conférence.

La première chose qu’un visiteur peut voir, c’est que le Bahreïn est un pays dans lequel il existe une véritable mixité sociale. Ainsi plus de 50% de la population vient de l’étranger.

Ce pays laisse aux femmes les mêmes libertés que nous trouvons en Europe. Le port du voile n’est pas imposé, les femmes travaillent et la différence de salaires entre femmes et hommes est pratiquement inexistante.

Dans ce pays, chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Il ne faut pas oublier que c’est au Bahreïn qu’a été construite la première église dans les pays du Golfe.

Une communauté juive est présente dans le Royaume et certains de ses membres occupent des postes importants dans la fonction publique. Ainsi Houda Nonoo a été l’ambassadrice de ce pays aux USA pendant plus de cinq ans.

Impossible de se déambuler au Bahreïn sans voir le grand nombre d’universités où de nombreux professeurs étrangers viennent enseigner.

Lors de mon dernier voyage à Manama, j’ai pu admirer combien ce pays était actif dans les arts. Certains quartiers sont réhabilités avec les techniques d’avant. Un ballet national (mixte) existe et de nombreux peintres exposent en toute liberté leurs œuvres.

Le Gouvernement de ce pays, dirigé par M. Khalifa ben Salmane Al Khalifa a réussi son pari de moderniser le pays. Ainsi le P.I.B par habitant est de 51 800 US dollars avec un taux de chômage de 3,8 %.

Dernière chose : lors d’un de mes voyages dans ce pays, je me suis promené dans les rues de la capitale avec une kippa sur la tête et je n’ai vu que des sourires et que des paroles de bienvenue des passants.