L’un des désordres mentaux les plus graves a toujours été  le confusionnisme.

Or, quand j’entends des personnalités juives oser comparer la Shoah avec la guerre civile syrienne et ses conséquences, je suis atterré par le manque de probité intellectuelle, l’ignorance de l’histoire et l’ absence de profondeur d’esprit de tous ces individus qui se targuent d’être des humanistes éclairés.

En fait, ces personnes ignorantes prônant une forme affligeante d’égalitarisme victimaire (pour se plier aux diktats de l’air du temps) devraient lire le livre philosophique de référence sur la Shoah, je veux parler du magistral recueil de Vladimir Jankélévitch intitulé L’Imprescriptible.

Le philosophe, musicologue, et résistant français  écrivait: «L’inexplicable, l’inconcevable horreur d’Auschwitz se réduit-elle à ces abstractions indéterminées qu’on appelle la violence,l’artillerie lourde, les horreurs de la guerre  ? C’est vouloir noyer le problème dans de pieuses généralités, banaliser et dissoudre pudiquement le caractère exceptionnel du génocide… »

L’ extermination des Juifs d’Europe n’est pas seulement unique et incomparable (car les vilains sophistes nous asséneront que toute chose est unique et que rien n’est comparable) mais elle est le pire crime de l’histoire de l'(in)humanité. La Shoah fut le paradigme de l’ horreur et de la méchanceté gratuite.

Pourquoi est-ce le pire crime de l’ humanité (il est triste d’ avoir ici besoin de le rappeler) ?

Les propos d’un des plus grands spécialistes du nazisme, l’historien anglais Sir Ian Kershaw, vont vous éclairer :

« C’était une guerre (La Seconde Guerre mondiale) d’un genre différent des précédentes, y compris de la Première Guerre mondiale, parce qu’elle portait le génocide en elle, nous avons là un effondrement de la civilisation comme le monde n’en avait jamais connu.  »

Quand Churchill apprit que les Juifs étaient en train d’être massacrés par dizaines de milliers (jusqu’à atteindre le chiffre insensé de 6 millions de morts dont 1,5 million d’enfants), il décrivit, le 24 août 1941 , cette extermination en marche comme un « crime qui n’a pas de nom  ».

En lisant, en Juillet 1944 les premiers rapports détaillés au sujet d’Auschwitz, Churchill écrivit  (comme le rapporte son biographe officiel, Sir Martin Gilbert) : « C’est sans aucun doute le plus horrible crime jamais commis dans l’histoire de l’ humanité, et il a été réalisé à l’aide d’une machinerie scientifique (…). »

La Shoah est un événement qui n’a pas de sens, qui se trouve hors du champ politique (allant même jusqu’à affaiblir l’effort de guerre nazie ! C’est donc à se demander si la guerre n’était pas l’immense prétexte à l’extermination des Juifs « prophétisée » par Hitler dans les années 193 ).

L’antisémitisme était l’axiologie du Troisième Reich et ce fut la seule fois dans l’histoire que le but suprême et avéré d’un régime et de ses dizaines de millions de collaborateurs fut l’extermination de tout un peuple !

Un peuple ciblé, pourchassé et éliminé de façon industrielle à l’échelle de tout le continent européen (mais n’oublions pas aussi l’Afrique du Nord dans laquelle les nazis commencèrent à entreprendre leurs basses besognes avant d’être stoppés par les Alliés).

Le célèbre philosophe Jean-François Lyotard disait si justement que la Shoah résiste à la pensée car ce fut «  une monstruosité dont on ne peut pas établir le sens  », ajoutant que « «les «explications» qu’ on peut en donner , qu’ elles soient économiques, politiques, idéologiques, n’en rendent nullement raison  ».

Les ignorants devraient comprendre un fois pour toute que la Shoah fut un crime métaphysique comme jamais le monde n’en avait connu et n’en a connu depuis. Pour s’en convaincre encore il suffit de parler du scientifique de renommée internationale, l’anatomiste et hauptsturmführer-SS germano-suisse Auguste Hirt qui décida, avec l’accord de Himmler, de créer « au nom de la science » une collection de squelettes juifs (86 hommes et femmes furent assassinées spécialement dans ce but) pour ainsi garder une trace de la « race juive » qui allait disparaître du fait des nazis et de leurs complices.

​Alors, Mesdames et Messieurs les « embrouilleurs », cessez d’insulter en la banalisant la mémoire de nos 6 millions de sœurs et de frères exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale et dont les pleurs et les cris d’ agonie retentissent encore dans nos coeurs.