La rencontre du Président Trump avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pourrait devenir l’exemple parfait d’une nouvelle approche de la politique mondiale.

Comme je l’ai déjà dit, Trump n’est pas un de ces politiciens qui provient du monde des affaires. Il est plutôt en train de faire évoluer le monde des affaires pour y inclure la politique.

Des présidents américains précédents tels que Clinton, Bush et Obama avaient déjà envisagé de rencontrer la Corée du Nord, mais ils ont généralement fait preuve d’hésitation. Par ailleurs, les commentateurs politiques vous diront qu’une telle réunion nécessite des mois de préparation. Mais Trump, comme d’habitude, surprend tout le monde en posant un geste direct en disant qu’il est prêt pour la rencontre, et tout de suite.

Cela dit, ne soyons pas naïfs. Les relations diplomatiques entre la Maison-Blanche et Pyongyang se sont assurément développées en coulisses, et l’invitation à une réunion n’a pas été une surprise totale pour l’administration de Trump.

Jusqu’à tout récemment, les deux leaders faisaient figure d’intimidateurs dans une cour d’école, nourrissant les médias par des injures réciproques, et maintenant ils se fixent une date pour un éventuel sommet de paix ? Une fois de plus, Trump prouve que sa politique ne doit pas être prise au pied de la lettre, et les experts des médias sont les derniers à interpréter correctement ses actions si rapides.

Les commentateurs recherchent le style de diplomatie qui leur est familier et auquel ils se sont beaucoup trop habitués : un politicien bien élevé et prévisible qui s’exprime avec justesse et essaie d’être clair pour tout le monde. Mais Trump est différent. Il apporte à la scène politique ce qu’il maîtrise le mieux : les affaires.

Trump fait preuve d’un pragmatisme commercial, visant les résultats qu’il estime bénéfiques pour l’Amérique, tout en se préoccupant beaucoup moins de ce que les observateurs comprennent lorsqu’il se dispose à négocier. Comme un entrepreneur engagé, il est en lien direct avec les résultats qu’il vise à atteindre par ses actions.

Cela explique aussi pourquoi les rapides changements sont parfaitement logiques dans la Maison-Blanche de Trump, même s’ils sont dépeints comme un gâchis par les médias grand public. Aujourd’hui, la Maison-Blanche fonctionne davantage comme une entreprise, qui peut évoluer de façon plus dynamique pour atteindre ses objectifs. Lorsque quelque chose ou quelqu’un devient inefficace, il peut être corrigé ou remplacé de manière flexible, ce qui va à l’encontre du milieu politique auquel tout le monde est habitué.

Nouvelle réalité interdépendante face aux capacités nucléaires

D’un point de vue global, nous nous acheminons chaque jour vers une réalité interdépendante. Que nous le remarquions ou non, l’interdépendance nous oblige à établir de nouvelles bases dans les relations internationales. Dans ce contexte, je considère que la politique de Trump aide le monde à franchir une étape de « réinitialisation », en ébranlant les idéologies pompeuses et les habitudes politiquement correctes qui tendent à inhiber notre pensée et à déformer la réalité, afin de redémarrer les relations humaines à partir d’une position pragmatique de partage.

Qu’est-ce qui a motivé Kim Jong-un à offrir une rencontre au Président Trump ?

Le jeune dictateur nord-coréen se rend sûrement compte que le meilleur qu’il puisse tirer de l’utilisation de ses armes nucléaires est de nuire à un petit nombre d’ennemis sur le chemin de l’autodestruction. Pendant ce temps, son peuple a besoin de pain alors que ses voisins du Sud sont en passe de devenir une superpuissance technologique.

En d’autres termes, superficiellement ou non, les gestes de Trump ont peut-être aidé Kim Jong-un à reconnaître qu’il peut davantage tirer profit de la confrontation avec les États-Unis qu’en se contentant de se cacher derrière ses armes de destruction massive. Et si tel est le cas, la politique de Trump pourrait désamorcer le régime nucléaire qui menace le monde.