« Il (Avi KATZ) est sorti rapidement de voiture – avec un billet de 50 NIS en main pour prendre 2 cafés et 2 viennoiseries. Il pensait que cela suffirait et qu’il rapporterait de la monnaie. Eh bien NON. Il a fallu retourner à l’auto pour chercher de quoi compléter ce qui lui manquait pour payer ! Il a trouvé « fort de Café » le prix qu’on lui a réclamé, et s’est juré qu’il inventerait des petites unités/boutiques pour boire et pour manger pour 5 shekels au maximum. »

C’est ainsi que sont nés, il y à a peine 3 ans, les « COFIX », ces magasins que l’on trouve désormais partout ; dans toutes les villes d’Israël.

Une caravane, oui, oui, un camping-car aménagé en Food truck, enchâssé dans une boutique à peine plus grande, et où pourtant, toute la journée, près de trois personnes y officient, et ne chôment pas, croyez moi.

Tous les cafés : les Hafoukhs ou les Cappuccinos, les lattés et les thés, sur place ou à emporter sont à 5 NIS (Shekels, soit à peu près un euro)

Toutes les viennoiseries, classiques ou au goût oriental (à la Cannelle) … C’est 5 NIS.

Toutes les Focaccias (ces mini-pizzas, de la taille d’une demi grande assiette tout de même) c’est également 5 shekels. Toutes les soupes (copieuses et savoureuses) mais une seule recette par jour … C’est 5 shekels. 2 esquimaux : 5 NIS, Orange ou Carotte pressée, fraiches : 5 NIS (les deux jus mélangés se dit: Tapouguezer)  etc….

On se demande comment et où tout cela tient ? Car il y en a toujours, de tout et en abondance. Mais le fait est là, à ce jour, je n’ai jamais eu de refus pour rupture de stock pour n’importe lequel de ces produits.

C’est bien évidemment CASHER, et le plus souvent LEMEHADERINE. Un peu comme GLATT, ou Super Casher pour les plus exigeants.

Seul bémol, sur place les tables n’ont pas toujours le temps d’être nettoyées, mais on vous fournira bien volontiers les serviettes en papier humidifié, pour faire votre propre ménage.

Mon article ne serait pas complet si je ne vous disais que depuis, cet homme*, à l’origine du concept, a ouvert des Bars à Alcools, et toujours pour … 5 shekels, que je n’ai pas eu le temps d’expérimenter pour vous en parler avec les détails et la réalité du vécu.

Et puis, vous savez quoi ? Il entend ouvrir une chaîne de supérettes, à la manière de Monop, Carrefour express, etc… dont tous les produits vendus ne seraient pas à plus de … 5 shekels.

Mais tout ça fera l’objet d’un autre article dans un des prochains numéros du Times of Israel.

Vous voyez chers lecteurs, votre journal, est et sera toujours auprès de vous, avec toujours plus d’infos politiques ou ludiques, mais toujours utiles, pour justifier chaque jour un peu plus son nom.

A bientôt, amicalement, Ary Toledano