Dans cette sidra, Moïse poursuit ses recommandations au peuple hébreu. Nous pouvons comprendre au fil de ces recommandations que Moïse commence son testament en évoquant les erreurs passées du peuple et la vision qu’il a eu sur ce dernier pendant la traversée du désert.

La semaine dernière nous avons étudié ensemble le premier paragraphe du Chéma Israël et nous trouvons dans la section de cette semaine le deuxième paragraphe de cette prière que nous allons tenter d’expliquer.

Chap. 11 V.13 à 22  : « Ce sera, si vous écoutez Mes commandements que Je vous ordonne aujourd’hui, d’aimer Hachem votre Dieu et de Le servir de tout votre cœur et de toute votre âme, je donnerai la pluie pour votre terre en son temps, les pluies précoces et tardives, et tu amasseras tes céréales, ton vin et ton huile.

Je donnerai de l’herbe dans ton champ pour ton bétail, et tu mangeras et seras rassasié. Prenez garde à vous, de crainte que votre cœur soit séduit et que vous vous détourniez et serviez les dieux des autres et que vous vous prosterniez devant eux. La colère de Hachem s’enflammera contre vous ; il retiendra le ciel et il n’y aura pas de pluie et la terre ne donnera plus son produit ; et vous disparaîtrez rapidement de la bonne terre que Hachem vous donne.

Vous placerez mes paroles que voici sur votre cœur et sur votre âme ; vous les attacherez comme signe sur votre bras et elles seront un ornement entre vos yeux. Vous les enseignerez à vos enfants pour en parler, quand tu seras assis dans ta maison, quand tu marcheras sur la route, à ton coucher et à ton lever. Et tu les inscriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. Afin que se prolongent vos jours et les jours de vos enfants sur la terre que Hachem a juré à vos pères de leur donner, comme les jours du ciel au dessus de la terre. »

La Thora peur évoluer

« Si vous écoutez » la traduction littérale est « si écouter, vous écoutez. » A la question pourquoi ce doublon, nos sages comme Rachi nous expliquent que « si vous écoutez ce que vous avez déjà appris, en vous attachant à le réviser et à le comprendre, vous pourrez écouter des enseignements nouveaux, c’est-à-dire que vous trouverez de nouvelles idées dans la Thora. »

Ainsi nous comprenons que l’humain peut trouver des enseignements nouveaux et de nouvelles idées dans la Thora. En lisant de ce commentaire, je me demande pourquoi une très grande partie des grands rabbins refusent des idées nouvelles sur la Thora ?

Accomplir les commandements par amour et non pour les honneurs

« Aimer Hachem » Rachi nous donne une explication sur le sens d’aimer Dieu : « Le contexte du présent passage indique qu’il faut accomplir les commandements par amour de Dieu et non pour accéder à la richesse et aux honneurs. »

Nous avons déjà parlé la semaine dernière des rabbins qui se servent de la religion pour s’enrichir mais grâçe à Rachi nous pouvons ajouter à la liste de ces rabbins véreux tous ceux qui plastronnent pour avoir leur heure de gloire. A quoi pouvons-nous les reconnaître ? Généralement vous les verrez quitter les lieux avec le départ des photographes.

« Et de le servir de tout votre cœur » A la différence du premier paragraphe du Chéma, le deuxième s’adresse à tout le peuple. Le Ramban nous explique la différence entre le particulier et la communauté : « Ce passage nous apprend que si le peuple dans son ensemble respecte les commandements, Dieu interviendra de façon miraculeuse dans le cours des événements et le peuple jouira d’une prospérité dépassant les lois de la nature. Toutefois, Dieu n’accomplit de tels miracles que par le mérite d’une communauté mais non par le mérite du particulier. »

« Je donnerai la pluie pour votre terre en son temps ». Il apparaît à la lecture de ce verset que la récompense de l’exercice des mitzvot est immédiate, or ceci est en contradiction avec l’idée de Rabbi Jacob qui écrivait : « Il n’y a pas de récompense pour les mitzvot en ce monde. » L’idée de Rabbi Jacob étant acceptée de tous nos sages, ces derniers ont profité de cette sidra pour se représenter le « monde futur ». Je souhaite vous présenter les deux principales thèses sur ce sujet.

Maïmonide constate que « la récompense capitale de notre accomplissement des mitzvot a lieu dans un monde futur. C’est dans un monde uniquement spirituel, où l’âme, qui se sépare du corps à la mort, a la jouissance de l’éclat de la présence divine »

Na’hmanide contredit Maïmonide en émettant la théorie que « l’homme est un organisme psycho-physique, et que son âme ne se sépare pas entièrement de son corps : lâme et le corps doivent être jugés ensemble pour les actes positifs et négatifs »

« Tu mangeras et seras rassasié. Prenez garde » Nous remarquons que les verbes « manger » et « rassasier » sont écrits au singulier. Na’hamide fait observer « que les miracles dont on parle en ce passage ne sont accomplis que grâce aux mérites de l’ensemble de la communauté mais ne sont profitables qu’aux hommes parfaitement justes ; ceux qui sont de valeur moyenne, par contre, ne bénéficient que du jeu des lois naturelles. »

« Prenez garde » Rachi nous enseigne qu’ « en période de grande prospérité, ayez particulièrement soin de ne pas vous révolter contre Dieu car l’homme a tendance à rejeter Dieu lorsqu’il est comblé ».

Changer la pédagogie des talmudei thora

« Vous les enseignerez à vos enfants pour en parler ».  Nous savons tous l’importance de l’éducation et en connaissons les méfaits si elle est de « mauvaise qualité ». Rachi tire de ce verset la conclusion suivante : « lorsque l’enfant commence à parler, son père doit s’entretenir avec lui dans la langue sacrée et lui enseigner la Thora. S’il n’agit pas ainsi, c’est comme s’il l’enterrait. »

Que devons-nous comprendre ?

D’une part, que nous devons nous entretenir avec nos enfants, c’est-à-dire avoir un échange et non leur dire que la religion et les lois qui en découlent sont des axiomes et qu’il n’est pas question d’en discuter.

D’autre part, que l’enseignement ne soit pas un enseignement « bébé » avec des histoires à dormir debout comme malheureusement nous en entendons dans les talmudei thora où les contes sont plus importants que les textes.

Avant de vous souhaiter un chabbat chalom, permettez-moi de vous citer Rabelais qui lui aussi avait compris l’importance de la qualité de l’enseignement. Citation qui devrait être présente dans l’esprit des directeurs de talmudei thora : « L’enfant n’est pas un vase qu’on remplit mais un feu qu’on allume »

Chabbat chalom à toutes et à tous