Je suis enfermée
Dehors c’est la tempête
La neige paralyse la ville de Jérusalem
La grêle balaie la neige
Nous peinons à nous chauffer
A quand une prochaine panne d’électricité ?
Combien de temps allons-nous ainsi rester ?
Les denrées viendront-elles à manquer
Sortir c’est se risquer
Je reste, j’attends, confinée
————————————————-
Le tonnerre gronde
Déchire le ciel
Brise les vitres
Pour atteindre les cœurs
Le sang coule, le sang coule, le sang coule
Chez moi
A Paris
Réveillez-moi !
Je n’y crois pas
Tragédie insensée
Le pire serait arrivé
L’information se propage, un éclair, une trainée de poudre
Charlie a été attaqué
Des fous radicalisés
Armés, cagoulés se sont infiltrés
Malgré…
Un siège de presse sous protection…
Ils savaient…
Que la réunion de presse se tenait
Ils savaient…
Qui ils voulaient viser
Ils savaient…
Ils savaient…
———————————————————————-
Ils les ont abattus froidement
Sans sommation
Sans attendre
Ils ont tués les symboles
De la liberté d’expression
De la résistance
De l’insoumission
Cabu, Tignous, Wolinski et Charb qui disait
« Je préfère mourir debout que vivre à genoux »
Ils les ont décimés
En pensant venger le prophète
En pensant triompher
Tout en fuyant
Pour ne pas être jugés
Ils courent encore dans les rues de Paris
Les fous de Dieu
Armés
Qui n’ont qu’un dogme
Tuer
Ils sont en cavale les enragés
Ceux qui ont violé notre liberté d’expression
Notre liberté de lire les maitres de la satire
Face à la critique du fondamentalisme
Ils ont agi en barbare
Bien incapables d’écrire, de penser
Et surtout de rire, d’ironiser
Mais leur tuerie
Ils l’ont méticuleusement préparée
Appelons-la
Attentat ciblé
Attentat terroriste
Aux cris d’Allah Akbar
Aux cris de haine
Infiltrés au plus profond d’eux-mêmes
Ce ne sont pas des hommes en perdition
Des êtres en dérive
Des âmes fragiles
Ce sont avant tout des meurtriers
Qui ont oublié l’essence de leur humanité
Qui ont agi avec froideur et détermination
La rédaction de Charlie a disparu
Celle avec laquelle j’ai grandi
Grâce à laquelle j’ai appris à ironiser
A me battre pour mes idées
Face aux idéologues
Aux dogmatiques
Aux fanatisés
A 18 ans, j’assistais à la cour de justice de Paris
Aux côtés de mon père
Au procès des caricatures de Charlie
Mais surtout à un procès pour la liberté d’expression
Pour la défense de nos libertés fondamentales
Face aux susceptibilités des religieux
Qui pensaient que quelques caricatures
Pourraient attenter à leur croyance, à leur dieu
Je pensais que Charlie avait triomphé
Qu’il serait désormais fort
Qu’on aurait peur de l’affronter
Mais les attaques ont continué
Charlie a été incendié
Menacé
La rédaction a déménagé
Jusqu’à être protégé
Protégée…
Charlie, mon David pourfendeur de liberté
Face au Goliath de la radicalité
Jusqu’au bout, les rédacteurs ont tenu
Ils ont grandement apporté à la survie de la liberté de la presse en France
Dans un climat délétère
De haine
D’aveuglement
Mais aujourd’hui ils ne sont plus
Cauchemar
Cauchemar
Mon cœur brisé est à Paris
Qu’adviendra-t-il de nous
Sans eux…
Ne plus laisser passer une once de fondamentalisme
De radicalisme religieux
Lutter, soutenir les plus courageux
Ceux qui pourfendent l’islamisme intégriste au péril de leur vie
Ecrire, et continuer à caricaturer, à rire, à satiriser
Comme Charb, Cabu, Tignous et Wolinski l’ont toujours fait
La tragédie de leur mort ouvre une nouvelle ère
Celle de la guerre
Pour notre survie
Pour l’indépendance de notre pensée
Pour la liberté de la presse
La peur ne triomphera pas de nous
Charlie a été victime, mais Charlie vivra
Nous le soutiendrons
Il en va de notre survie à tous.