Ce qui affectera le plus l’économie israélienne cet été n’est peut être pas le coût direct de l’opération Bordure Protectrice. L’opération militaire coûte énormément il est vrai,  mais elle dispose de ses propres fonds et fait aussi tourner les entreprises liées à l’armement. Ce n’est peut être pas non plus la mobilisation de milliers de réservistes qui délaissent leur travail ou leur entreprise.

Non, ce qui affectera peut-être le plus l’économie, en particulier au mois d’août,  sera sans doute le manque à gagner que constitue l’absence de touristes. Les hôtels à moitié vide, les bars et boîtes de nuit qui ameutent moins de monde, les restaurants qui ne font pas le plein de couverts, et tous les commerces qui risquent de connaître une baisse considérable de leur chiffre d’affaires habituel du mois d’août, en particulier ceux qui sont prêts de la plage.

Aux touristes qui sont déjà là, je veux dire merci. Merci d’avoir eu le courage de venir, merci de nous soutenir, merci d’être là.

A ceux qui doivent venir d’ici quelques jours, je veux dire que nous les attendons avec impatience.

A ceux qui ont préféré annuler leurs billets, j’ose dire qu’ils doivent en recommander.

Partez pour Tel Aviv, Netanya où presque pas de missiles ne sont tombés, prenez un week end en Galilée, dans la vallée de Yizreel, à la mer morte, à Eilat, dans le Golan, et, si vous n’avez pas d’enfants en bas âge, essayez même le sud.

Ce n’est pas le moment de nous laisser seuls.

Ce qui pourrait affecter le plus le moral des Israéliens,  ce n’est peut-être pas le fait de devoir courir dans les abris et d’entendre des alertes à répétition, c’est peut-être le fait de se sentir abandonné. Les Israéliens ont, à tort ou à raison, déjà l’impression d’être seuls au monde. Aussi le soutien des touristes est sans doute ce qui leur réchauffe le plus le coeur. Et ils en ont bien besoin, malgré la chaleur. Que cela se voie, ou non.

Alors oui, je sais, c’est la guerre. Mais Tsahal et le front de commandement intérieur nous protègent. Le dôme de fer est d’une efficacité exceptionnelle et nous met presque à l’abri de tout danger. Dites-vous bien qu’Israël est bien équipé, bien organisé, et que vous n’avez rien à craindre. Oui, je sais aussi, tout est cher, malgré la guerre. Oui, je sais également, les Israéliens sont souvent très rudes, expéditifs dans leurs réponses, et n’ont aucun sens du service. Et oui c’est vrai, ce sont parfois de vrais têtes à claques. Je les connais bien, j’en suis devenu un.

Mais ce sont aussi des personnes au grand coeur, et c’est un peuple exceptionnel, dévoué, solidaire et courageux. Cette guerre l’a une fois de plus démontré. Et je dois le dire, malgré tout ce qu’on leur reproche – peut-être parfois avec raison -, malgré tous leurs défauts et je suis souvent le premier à en parler, les Israéliens ont démontré depuis deux mois un niveau d’humanité que je n’avais encore jamais vu, jamais connu, pas même imaginé. Nulle part dans le monde. Et ils peuvent en être fiers.

Aussi si vous vous dites ami d’Israël, si vous portez Israël dans votre coeur,  dans vos tripes, et que vous soutenez notre combat pour la liberté et la démocratie contre l’oppression totalitaire du djihadisme raciste et colonisateur, sautez dans un avion pour Tel Aviv et venez nous voir.