Quand je pense à tous ces milliers de juifs qui vivent encore sur les terres européennes, mon cœur se resserre. L’étau autour des communautés lui aussi se resserre, mais beaucoup peinent à le ressentir.

Cette minorité que la multi-culturalité européenne a tant de mal à digérer, se retrouve aujourd’hui prisonnière au milieu d’un conflit qui n’est pas le sien.

Que le modèle d’intégration européenne soit en pleine faillite, cela ne fait plus l’ombre d’un doute. D’ici à l’implosion de ces sociétés ayant été incapables de gérer ses flux migratoires, le temps est compté à rebours.

Ces communautés juives qui sont soit refermées ou totalement assimilées, ces Israélites qui se cherchent ou bien se perdent, tous savent bien que leurs jours de gloire appartiennent au passé.

Les scénarios d’avenir pour les juifs d’Europe sont dans les meilleurs des cas totalement incertains voire des plus sombres pour ne pas dire tragiques pour les prévisions le plus pessimistes.

Que se passe-t-il donc dans vos têtes mes chers frères ?

À quoi pensez-vous ? Quels sont les nouveaux arguments que votre imagination fantaisiste peut encore produire ?

Alors, Le Pen ne passera peut-être pas le 7 mai, vous aurez encore un sursis, un mirage de quelques années supplémentaires avec cette illusion que vous venez d’évitez le pire en votant pour le moins pire.

Vous êtes condamnés à partir et vous en avez une trouille bleue, je peux vous comprendre. Vous vous torturez l’esprit avec des théorèmes fumeux pour tenter de justifier encore ces errements, cette stagnation à laquelle vous aspirez tant. Car d’amélioration il n’y aura plus, du moins pas celle de la condition juive, que du contraire.

Ce sursis est votre pire ennemi, il est le symptôme de votre incapacité à voir avec clarté. Cette porte ouverte aux éternels et interminables subterfuges qui refuse de se fermer. Des œillères qui vous aveuglent et vous font oublier ce qu’au fond de vous, vous savez. Il est temps de partir.

Où êtes-vous frères juifs ? Entre cette France, cette Autriche, cette Hollande, cette Hongrie, cette Italie, ces pays Scandinaves où les partis populistes et d’extrême-droite ne feront plus jamais un score en deçà des 20 % de l’ensemble des votes. Vous êtes pris au piège entre les montées nationalistes des uns et la poussée démographique inexorable des autres.

Je ne me veux pas alarmiste, je vous invite tous – simplement – à réfléchir sur votre départ.

Israël est le seul pays viable pour les juifs désireux de le rester, notre avenir est ici entre nos mains, nous le construisons jours après jours.

Pour conclure, je citerai le prophète Yehezkel : « Je vous tirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai sur votre terre… Et je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre chair le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair… Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères, vous serez mon peuple, et moi, je serai votre Dieu. » (Chap 36 -20-28)

Venez et fêtez avec nous l’indépendance de notre seul pays, et décidez de vous y établir, vous serez dans quelques années les premiers à vous en réjouir.