Le Livre du Zohar explique pourquoi la loi polonaise n’est qu’une autre expression de l’exigence inhérente qu’a le monde envers Israël.

Il est facile de se mettre en colère contre les Polonais parce qu’ils essaient d’adopter des lois qui minimisent leur rôle dans les crimes nazis du siècle précédent. Nous pouvons les qualifier de négationnistes de l’Holocauste, leur reprocher d’avoir déformé la vérité, réécrit le récit historique, eh oui, nous pourrions même qualifier cela d’antisémitisme.

Mais soyons francs : l’antisémitisme n’est pas né d’hier. Par conséquent, au-delà de la colère et de la frustration, nous devrions essayer de comprendre d’où il émane et ce qui peut être fait pour l’éliminer à sa source.

Ce qui est exigé des juifs à travers l’Histoire

Au début des années 1920, Henry Ford, qui était un antisémite connu, publia une série de livrets intitulés The International Jew, dans lesquels il écrivit que « la société a une grande revendication contre lui [le juif] à savoir qu’il cesse d’être exclusif, qu’il cesse d’exploiter le monde, qu’il cesse de faire passer les groupes juifs avant tout, et qu’il commence à accomplir ce que son exclusivité ne lui a jamais encore permis d’accomplir, soit l’ancienne prophétie qu’à travers lui, toutes les nations de la Terre soient bénies ».

De même, le célèbre auteur Léon Tolstoï a écrit que « le juif est le symbole de l’éternité. (…) C’est lui qui, pendant longtemps, a gardé le message prophétique et l’a transmis à toute l’humanité. Un peuple comme celui-ci ne peut jamais disparaître. Le juif est éternel. Il est l’incarnation de l’éternité ».

Si vous en faites la recherche, vous trouverez de nombreuses déclarations de divers penseurs à travers l’Histoire, qui ressemblent beaucoup à ce qui précède, certains plus antisémites, d’autres moins et d’autres même favorables au peuple juif. Mais quelle est exactement cette exigence inhérente qu’ils expriment envers les juifs ? Et pourquoi peut-elle se présenter comme nous blâmer pour tous les maux du monde, comme le font beaucoup d’antisémites ?

Le Zohar : les nations ne peuvent exister sans Israël

Le Livre du Zohar est un texte juif ancien qui offre une explication extraordinaire :

« Israël est le cœur du monde entier, et tout comme les organes du corps ne pourraient pas exister ne serait-ce qu’un instant sans le cœur, de même toutes les nations ne peuvent pas exister dans le monde sans Israël. »

En d’autres termes, tout comme le rôle du cœur dans le corps humain est d’être la force motrice pour que le sang circule à travers lui, le rôle d’Israël est de conduire la force d’unité et de connexion humaine qui apporte la subsistance et l’abondance à toutes les nations du monde.

À la lumière du Zohar, l’antisémitisme devrait être interprété différemment. C’est comme un indicateur, un mécanisme d’alerte qui s’enclenche lorsque la société humaine approche d’un état de crise. Et bien que tous les antisémites ne puissent pas l’exprimer, ils sentent que les problèmes du monde ont tout à voir avec le peuple juif.

Mais comment tout cela est-il possible ?

Le Livre du Zohar décrit les forces qui opèrent dans notre monde et dans la société humaine. Il explique que les termes « Israël » et les « Nations » ne sont pas seulement des personnes divisées en groupes sur la planète Terre. Ils représentent plutôt des désirs qui poussent les êtres humains de l’intérieur.

« Israël » représente les désirs d’unité et de connexion, tandis que les « Nations » représentent les désirs d’abondance et de plaisir. Le fait est que l’abondance et le plaisir dans la société humaine dépendent de l’unité et du lien humain.

L’introduction au Livre du Zohar décrit le mécanisme : « Quand une personne d’Israël valorise et honore son intériorité, qui est l’Israël dans cette personne, plutôt que son externalité, qui sont les nations du monde en elle, cela élève aussi les enfants d’Israël dans l’intériorité et l’externalité du monde, et amène les nations du monde, qui sont l’externalité, à reconnaître et accepter la valeur des enfants d’Israël.

En revanche, si un individu d’Israël met en valeur et apprécie son externalité, soit les nations du monde en lui, plutôt que l’intériorité d’Israël en lui, cela provoque l’externalité du monde en général, les nations du monde, à s’élever toujours plus haut et à vaincre Israël, les dégradant totalement, et fait plonger dans les abysses les enfants d’Israël, l’intériorité dans le monde ».

Autrement dit, cela signifie que lorsqu’Israël ne remplit pas sa fonction, ils empêchent l’abondance de circuler dans le reste du monde, générant une pression négative qui s’accumule au sein des nations du monde, ce qui est la cause fondamentale de l’antisémitisme.

Inverser la tendance

Alors, comment pouvons-nous augmenter notre sensibilité et activer « la fonction Israël » en nous ?

Le Zohar n’explique pas seulement la situation, il fournit aussi le remède. Les textes du Zohar décrivent des états nobles de connexion entre nous qui élèvent l’humanité entière à la plénitude et à la perfection. Lorsque nous étudions ces textes, nous élevons notre sensibilité et activons le fait qu’Israël fonctionne en nous.

Selon le Zohar, les coutumes et traditions juives que nous connaissons ne suffisent en rien à remplir notre rôle dans le monde. Il écrit de façon poignante : « Malheur à eux qui assèchent la Torah, sans aucune humidité de compréhension et de raison.

Ils se limitent à la partie pratique de la Torah, et ne veulent pas essayer de comprendre la sagesse de la Kabbale, connaître et comprendre les secrets de la Torah et les saveurs de la Mitzva. Malheur à eux, parce qu’avec ces actions ils provoquent la pauvreté, la ruine et le vol, le pillage, le meurtre et les destructions dans le monde. »

En d’autres termes, tant que nous dénigrons l’énorme puissance inhérente du Livre du Zohar et de l’étude de la sagesse de la Kabbale, nous marchons aveuglément dans le monde, augmentant notre propre égoïsme, ce qui entraîne la loi naturelle de l’antisémitisme. Comme il est écrit dans l’Introduction au Zohar :

« En une telle génération, tous les destructeurs parmi les nations du monde lèvent la tête et veulent avant tout détruire et tuer les enfants d’Israël. »

Inconsciemment, le monde sent que nous portons en nous un remède unique qui permettra le bien, la paix et le bonheur pour tous. Ce ne sont pas les solutions de haute technologie, la médecine révolutionnaire ou l’agriculture avancée que le monde attend de nous.

Ce n’est qu’une seule chose : « être une lumière pour les nations », un phare d’unité, une nation qui génère une force de connexion humaine qui rapproche le monde. C’est la seule façon de briser le cercle vicieux de l’antisémitisme et de gagner l’affection du monde. Et c’est la seule loi sûre et rapide, légiférée par la nature, dont nous devons nous préoccuper.