On sait qu’il y aura d’autres Barcelone.

La stratégie de ceux qui préparent ces attentats, les fomentent, les suscitent, fonctionne parfaitement : diviser les populations, réveiller la peur et la haine, lever des armées dans les quartiers défavorisés, demander la soumission à des revendications obscurantistes, accroître la méfiance et la colère des citoyens contre des institutions démocratiques défaillantes, impuissantes ou complices.

Élaborée ou non, cette stratégie est une stratégie efficace pour une guerre asymétrique qui a été expérimentée depuis longtemps contre Israël.

La riposte et la défense ne sont pas faciles. Elles demandent avant tout lucidité et courage.

Malheureusement, nos sociétés sont divisées entre des populations qui ont peur de perdre le peu qu’il leur reste d’identité et les nouveaux nantis, à l’abri pour l’instant des aléas de la mondialisation ; entre des musulmans convaincus du bien fondé des thèses jihadistes et d’autres soucieux de protéger leurs droits humains dans une société démocratique ; entre ceux qui considèrent l’islam comme le danger majeur qui menace nos sociétés et ceux qui voient dans les musulmans les nouveaux damnés de la terre, victimes de racisme et d’apartheid social.

Face à l’Allemagne nazie pendant la Deuxième guerre mondiale, l’Angleterre a pu résister héroïquement, parce qu’elle était restée, malgré tous les conflits sociaux, un pays uni face à l’ennemi.

Il nous appartient, si nous voulons garder toutes nos chances de victoire, de restaurer cette unité dans notre société profondément divisée par ce que j’appelle depuis longtemps « une guerre civile dans les têtes ».

Mon expérience dans les milieux les plus divers qui a consisté à réunir dans un processus thérapeutique collectif des groupes ennemis, en France et à l’étranger m’a démontré qu’il était possible de créer les conditions d’une réconciliation qui dépasse les idéologies antagonistes, et donne l’énergie de la mobilisation face à l’adversité.

A condition que cette réconciliation se fasse au travers du conflit, de la confrontation pas toujours pacifique et de la reconnaissance des responsabilités.

Dernier livre paru : Vers les guerres civiles: prévention de la haine. (Éditions Lemieux)