Lors de l’émission « On n’est pas couché » du 26 avril dernier, alors qu’était évoquée la sortie du film d’Alexandre Arcady sur la terrible barbarie antisémite du meurtre d’Ilan Halimi, Aymeric Caron a eu l’audace de faire un parallèle avec l’affaire Merah et le conflit israélo-palestinien.

Arcady en fait le récit suivant : « Consultant ses fiches soigneusement préparées, il [Aymeric Caron] déplore, chiffres à l’appui, que le film passe sous silence les actes islamophobes qui ont bien plus augmenté que les actes antisémites (…) Le ton monte (…) Arcady ne sait plus comment la discussion en arrive à Merah. Si on interrogeait Merah, déclare alors Caron, il dirait qu’il a tué des enfants juifs parce que l’armée israélienne tue des enfants palestiniens (…) D’ailleurs, là encore, il a les chiffres. Sous le regard médusé des invités, il brandit ses notes, puisées dans le rapport d’une ONG. J’ai les chiffres ! Qu’est-ce que vous répondez à ça ? Arcady s’étrangle. Vous osez dire que l’armée israélienne tue des enfants !, hurle-t-il (…) Polony demande à son partenaire s’il n’a pas perdu la tête : tu viens à une émission sur Ilan Halimi avec des données sur les Palestiniens tués par l’armée israélienne, est-ce que tu te rends compte de ce que tu fais ? ».

C’est proprement scandaleux !

Bien que nous prenions acte de la motivation de la production de couper la séquence litigieuse, nous ne pouvons que regretter que cette absence de diffusion rende difficile une action judiciaire.

Toutefois cela n’exclut pas une sanction disciplinaire de la part de la maison de production ou de France Télévision.

Ces comparaisons nauséabondes d’Aymeric Caron ne peuvent que révulser les françaises et les français traumatisés par l’horreur de la barbarie ayant abouti au meurtre d’Ilan Halimi.

Ces propos rendent leur auteur complice de ce crime horrible.

Mercredi 30 avril, lors d’une émission d’Europe 1 évoquant l’antisémitisme en France, j’étais interrogé par Wendy Bouchard qui me demandait : » La France est-elle antisémite? « .

Je lui ai répondu que la France n’est pas antisémite mais qu’il y a de plus en plus d’antisémites en France.

Ce nouvel antisémitisme est basé sur deux fondements principaux : les clichés traditionnels sur les Juifs et l’argent qui ont abouti à l’affaire Halimi, et l’importation du conflit israélo-palestinien qui , relayé par certains journalistes, incite une jeunesse, bercée par l’islam radical, à passer à l’acte comme dans l’affaire Mérah.

Il est clair que des journalistes de même acabit qu’Aymeric Caron sont les gourous de ce nouvel antisémitisme.

Aymeric Caron n’est pas un illuminé, il ne peut prétendre ne pas connaître le sujet car il est censé être journaliste.

Il est tout simplement le rejeton (« caviar » ?) démoniaque du croisement de la bêtise et de la haine que seul l’islamo-gauchisme français sait, savamment et impunément, générer dans la France d’aujourd’hui.

Ce sont les suppôts des Dieudonné, Soral et Hani Ramadan, glorifiés quand ils étaient d’extrême- gauche et condamnés quand ils sont d’extrême-droite !

Et, voilà près de 50 ans que cette nébuleuse prospère dans l’indifférence générale.

Du haut de sa bonne conscience « cathodique de gauche » ( comme dirait William Goldnadel), Aymeric Caron contribue avec machiavélisme à la justification ignoble des crimes racistes, certains diront qu’il le fait sans le savoir, d’autres comme moi, diront qu’il le fait de manière perverse.

Malheureusement, à ce jour, peu de personnalités politiques ou médiatiques ont émis de protestations à ces propos indécents et ignominieux, et rien, non plus, du côté de ses amis aux idées généreuses et si prompts à s’offusquer des propos d’un Eric Zemour.

Et pourtant, nous savons, tous, pertinemment quelle aurait été leur réaction si ces propos avaient été tenus par des chantres de l’extrême-droite !

Si « une hirondelle ne fait pas le printemps », un « Aymeric Caron » annonce l’hiver des lumières!

Nous demandons à Laurent Ruquier d’agir avec au moins la même indignation que celle dont il a fait preuve lors des « dérapages » d’Eric Zemour ( bien légers à côté de ceux d’Aymeric Caron) .

Pour l’honneur de France Télévision, service public ne l’oublions pas, nous demandons à Rémi Pfimlin, Président de France Télévision, à Aurélie Filipetti, Ministre de la Culture et à Manuel Valls, Premier Ministre, de réagir à cette triste dérive de la télévision publique.

On ne plaisante pas avec la mort d’enfants, Monsieur Caron, même quand ils ne sont pas palestiniens !!!!