Une maison divisée contre elle-même ne peut tenir debout – Abraham Lincoln

C’est la deuxième fois que je cite Lincoln en référence à l’administration Netanyahu, veuillez me le pardonner, cette citation est encore plus idoine cette fois ci.

Je regardais le documentaire de mon ami Emmanuel sur son père André, qui était le vice-maire de Jérusalem en 1967, le premier, ou l’un des premiers, à sa manière subtile, à se réjouir de la réunification de Jérusalem, malgré le conflit, et surtout en dépit du conflit.

Au pays des aveugles le borgne est roi, j’aimerais penser qu’au pays des fous le sain d’esprit serait roi mais j’en doute, la folie a cela de contagieux, au contraire de la cécité, mais surtout pour le fou ce sont les autres qui le sont.

Le président Rivlin (O Capitaine, mon capitaine) doit se réjouir que sa position présidentielle soit honorifique, lui permettant de planer au-dessus de cette nouvelle administration, sans en refléter les aspects psychologiques les plus cliniques.

Fort de sa réélection au fil du racisme, et certainement soucieux d’enfoncer le clou aux yeux de ceux qui l’ont fait roi pour la dernière fois, le Premier ministre Benyamin Netanyahu annonce haut et fort, que Jérusalem est indivisible et demeure la capitale éternelle du peuple Juif, et du peuple Juif exclusivement.

Personnellement j’aime beaucoup Jérusalem, mon dieu quelle ville sublime. Il me semble qu’elle le serait moins sans le hummus, et le meilleur hummus est fait par des Palestiniens, il conviendrait, culinairement, si l’argument humain n’est pas suffisant pour la droite Israélienne, de garder au moins quelques Palestiniens pour ne pas condamner la ville à une éternité de matzah. Personne n’aime manger de la matzah, en tout cas sans hummus.

Mais je digresse, je ne vais pas essayer de débattre de qui doit habiter à Jérusalem et de qui elle doit être la capitale, les Juifs comme les Musulmans ont tout deux de très vieux livres qui semblent être tous les deux parfaitement corrects sur ce sujet.

Par contre, pour en revenir à la folie furieuse, je dois demander : comment peut-on suggérer qu’une ville coupée en deux par un mur soit unifiée et indivisible ?

Ce ne sont pas les Palestiniens qui l’ont construit ce mur que je sache, le Premier ministre le sait bien, pourtant selon lui, Jérusalem est unifiée. Je vois d’ici le facepalm de Andre Chouraqui au paradis.

Berlin-Ouest n’était certainement pas unifiée à Berlin-Est, pas plus que l’Allemagne de l’Ouest à l’Allemagne de l’Est, ou la Corée du Nord à la Corée du Sud.

Cette déclaration et célébration par la droite israélienne, le vent en poupe et Ayelet Shaked en figure de proue, en dit long : voilà des gens qui, même devant un mur qu’ils ont construit choisissent de ne pas le voir, et ce sont ces gens qui dirigent maintenant le pays. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir a dit quelqu’un qui a été cité et des millions d’autres qui ne l’ont pas été.

Ils se sont emmurés et se croient libre. Ils vous ont emmurés et vous disent que vous êtes libre.

Et ils dansent, et ils dansent…