Depuis deux semaines, les violences ne cessent de s’intensifier en Israël et en Cisjordanie. Ces violences semblent être les prémices d’un soulèvement à plus grande échelle, comme cela avait été le cas en 2000 lors de la seconde Intifada. 

Les violences qui secouent Israël et la Judée-Samarie depuis mi-septembre n’ont fait que s’accentuer, attisées par les responsables politiques des deux camps, notamment concernant l’esplanade des Mosquées à Jerusalem.

En Judée-Samarie de violents affrontements ont lieu chaque jour entre de nombreux Palestiniens et l’armée israélienne. En Israël, les attaques à l’arme blanche contre des israéliens à Jérusalem et à Tel-Aviv se multiplient, et les violences ont gagné Gaza.

Les Palestiniens de Judée-Samarie, aussi, redoutent l’Intifada

En Judée-Samarie, deux Palestiniens impliqués dans des activités terroristes ont été tués fin septembre par l’armée israélienne. Le Président palestinien Mahmoud Abbas mettait alors en garde contre « Un risque d’Intifada ».  Le 1er octobre, un couple est tué à bout portant devant leurs enfants près de Naplouse par deux Palestiniens dans une attaque attribuée au Hamas.

Depuis, les affrontements se sont multipliés. Chaque jour, des centaines de palestiniens viennent affronter l’armée israélienne. Les échanges sont extrêmement violents. Le bilan est actuellement d’au moins 7 morts israéliens et des dizaines de blessés. Coté palestinien, ils se comptent par centaines.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est exprimé, évoquant une nouvelle Intifada et a appelé ses concitoyens à un « état d’alerte maximale ». Il a également donné carte blanche à l’armée pour trouver des solutions et affirmé qu’Israël mènerait « un combat jusqu’à la mort contre le terrorisme palestinien ».

À Jérusalem les agressions au couteau ont explosé

Beaucoup d’Israéliens recommencent à regarder davantage par dessus leur épaule. Israël a commencé jeudi dernier à installer des détecteurs de métaux dans la Vieille ville de Jérusalem, haut lieu de religion et de tourisme. Depuis le 3 octobre, pas moins de 19 attaques au couteau, principalement de Palestiniens ont fait 7 morts et trente trois blessés israéliens. 8 des terroristes ont été abattus par les forces de sécurité.

Habituellement grouillante, la Vieille ville située à Jérusalem-Est n’est actuellement plus arpentée que par des centaines de policiers ainsi que des touristes et pèlerins.

La violence s’étend à Gaza

Les violences se sont étendues pour la deuxième fois à la bande de Gaza où six Palestiniens ont été tués et 80 autres blessés par des soldats israéliens après avoir détruit la barrière de sécurité et pénétré en Israël.

Des centaines de jeunes ont ensuite essayé de détruire une autre partie de la barrière de sécurité qui rend hermétique le territoire israélien. C’est la première fois depuis longtemps que des incidents aussi importants se déroulent dans cette zone.

Le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Ismaïl Haniyeh, a estimé pour sa part que la nouvelle Intifada avait commencé.

« Nous appelons à renforcer et accentuer l’Intifada (…) c’est la seule voie qui mènera à la libération » des territoires occupés palestiniens, a-t-il dit lors du prêche de la prière hebdomadaire dans une mosquée de Gaza.

« Gaza remplira son rôle dans l’Intifada de Jérusalem et elle est plus que prête à l’affrontement ».