La France et les Français sont frappés de stupeur et de sidération « comment peut-on assassiner une personne, simplement pour son identité ? »

Je ne voudrais pas faire du mauvais esprit et être l’empêcheuse de souffrir en rond, mais il me semble que cette même France a donné aux nazis, des milliers de Français qui ont été assassinés pour la seule raison de leur identité juive ! Et pas que la France, même si elle fut seule en Europe à avoir « raflé » ses juifs dans des conditions violentes et indignes, avant de les offrir en cadeau à la monstruosité Hitlérienne.

Bien sûr le temps a passé, mais les hommes n’ont pas changé, ce sont toujours des tyrannosaures prédateurs et sanguinaires, concentrés sur leur survie au dépend des autres : « mangé ou être mangé. »

Les différences identitaires et culturelles, religieuses sont toujours au centre de leur grégarité et sans réponse à leurs peurs, ils se rigidifient sur leurs acquis, cherchent des causalités divines aux malheurs qui les frappent et de l’incantation à l’incantatoire, s’engouffrent dans des exutoires qu’ils croient libérateurs.

Les juifs depuis des millénaires sont l’exutoire aux peurs et à l’ignorance des hommes. On pourrait y réfléchir, on sait déjà beaucoup de choses sur les raisons de cette haine endémique toujours prête à s’exprimer envers eux, je dirai seulement que c’est leur état « de juif » qui les met en danger de mort, et qu’il y a à peine quelques semaines, on pouvait lire sur les murs de France « mort aux juifs ».

Alors oui, Hervé Gourdel a été décapité et c’est une tragédie, une douleur pour les siens, une gifle à la République, un désastre pour le genre humain. Les Français sont groggy. Ils savaient évidemment théoriquement que cela pouvait se produire, mais la réalité a été rapide, foudroyante pour les esprits «  assassiné pour cause d’identité française!»

Vraiment, je ne veux pas faire de mauvais esprit et je compatis à la douleur, mais si cela pouvait permettre aux Français et aux autres d’approcher ce que les juifs subissent depuis toujours, d’un drame alors, pourrait surgir un supplément d’âme dans l’humanité, qui s’ajouterait aux autres conséquences positives « Un petit dièse pour Israël » dont je parlais le 19 septembre sur mon blog de Times of Israël, dans article  « Hollande, conférence pour l’ego ».

J’y écrivais qu’il y avait dans la mobilisation internationale dont faisait partie la France, quelque chose qui allait permettre au monde d’approcher ce à quoi Israël était confronté depuis 60 ans dans sa lutte contre le terrorisme : la difficulté de faire avec les victimes innocentes, que sa défense entraînait, qu’il tentait de limiter, mais qu’hélas il ne pouvait éviter, développant alors dans l’opinion internationale, des levers de boucliers et de sarcasmes, des violences diverses qui entre réelle incompréhension du terrain, vrai désir de paix, protection des innocents et antisémitisme puissant, se mobilisaient contre Israël.

J’y écrivais aussi que cette mobilisation internationale contre le terrorisme islamique frapperait des victimes innocentes, qu’elle durerait des années, et que ces victimes, vécues comme des « dommages collatéraux », changeraient le regard du monde sur les actions de défense d’Israël.

Et la première victime française, Hervé Gourdel, est tombée sous le couteau des terroristes, sans que la France n’envisage, même pendant les 24 heures de latence proposées, la moindre  négociation. Et elle a continué de bombarder l’Irak sans se préoccuper des victimes civiles à venir.

Il n’y a donc aucune différence entre les frappes Israéliennes sur Gaza et celles de la France sur l’Irak. Si une. Les Israéliens tentaient de protéger la vie des civils Palestiniens, alors que les Français, d’ores et déjà, ne se posent aucune question sur les conséquences tragiques qu’aura cette guerre, sur  les civils irakiens ; leur seul objectif : éradiquer le terrorisme islamiste. Tout comme Israël qui voulait démilitariser Gaza.

Un précédent article, pas visionnaire, mais un peu quand même, les femmes ont des intuitions singulières, où j’anticipais du drame qui vient de se produire, mais aussi d’une autre chose, importante, que je vous réitère aujourd’hui, mot par mot : « Peut-être même que cette mobilisation repoussera l’antisémitisme et la haine des juifs, dans les oubliettes de l’histoire, pour toujours si on envisage que la guerre contre le fanatisme islamique, pour cause de tentacules qui comme les pattes des phasmes repoussent constamment, va durer plusieurs siècles. Sans doute jusqu’à ce que face à ces perversions religieuses et humaines, les musulmans non terroristes, se redressent et s’opposent à ceux qui dénaturent leur Islam. Jusqu’à ce que les intellectuels et les théologiens du monde Arabe, fassent évoluer les mœurs et les mentalités, alphabétisent les populations, les instruisent pour que de nouveau, l’Islam dégagé de l’horreur dans laquelle il est plongé, puisse de nouveau avancer parallèlement au Judaïsme et à la Chrétienté, pour le meilleur de l’homme : l’amour, la fraternité, la vie. »                                                    

Or, depuis hier, les musulmans d’Angleterre dans un mouvement qui je l’espère bientôt s’étendra à tous les pays du monde, se mobilisent contre l’horreur islamique avec ces mots «  NOT IN MY NAME. »

Et moi, dans ces jours de Rosh Hashana qui célèbrent l’année nouvelle, 5775 pour les juifs, où le miel et les fruits, le chofar symbolisent notre histoire, je ne peux m’empêcher de penser que cette réaction du monde musulman contre le terrorisme, est un présent venu du divin, qui de temps à autre, par ces tours de magie dont IL a le secret, nous rappelle qu’ « IL » existe.