Un concours de circonstances fait que chacun de nous se trouve dans une situation bien déterminée, c’est le cas du docteur Assad qui se trouve parachuté comme président de la Syre. Actuellement il est sur un siège éjectable et on lui désigne la porte de sortie.

On peut dire qu’il peut toujours choisir entre trois portes :

– La première celle qui a été empruntée par Saddam ou Kadhafi, sera son inéluctable sort s’il continu dans son entêtement.

– La seconde : celle d’une démission qui sera sa sortie la plus victorieuse car il mettra tout le monde dans un problème insoluble :comment le remplacer et par qui ?

-La troisième porte sera un triomphe s’il a le courage de l’emprunter ; un triomphe pour lui et pour son pays, c’est celle empruntée par Sadate, il peut toujours aller au knesseth israélien et proposer une paix.

Tout le monde sera obligé d’applaudir car une mauvaise paix est toujours meilleure qu’une bonne guerre!