Au mépris de la Loi, c’est à visage découvert que les délinquants antisémites ont injurié le philosophe Alain Finkelkraut qui rentrait chez lui.

L’antisémitisme est en France désormais décomplexé. Il n’est pas une opinion, mais un délit puni par le code pénal. Les tentatives d’explications, les excuses, les justifications et les indignations placent chaque responsable politique devant ses responsabilités civiles. Les masques tombent.

Le ministère public est saisi par des associations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Il a lui-même pris l’initiative d’ouvrir une enquête. Sans réaction judiciaire, politique, législative, institutionnelle de la plus extrême rigueur, il est certain que l’antisémitisme poursuivra ses ravages dans la société française.