Cela fait 22 ans que les USA ont décidé de transférer leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, si M.Trump décide enfin de mettre à exécution ce vote, il faut se demander pourquoi aujourd’hui et pour quel résultat.

Si on veut être objectif, le fait de n’avoir pas mis à exécution cette décision de transfert n’a en rien facilité toutes les négociations entre les belligérants, au contraire, Jérusalem fut toujours la pierre d’achoppement sur laquelle ont buté les pourparlers, même les plus prometteurs.

Il faut savoir qu’au début des négociations d’Oslo, Arafat avait prévenu les négociateurs israéliens qu’ils pourraient lui « arracher » des concessions sur bien des points en litige, mais que sur Jérusalem, non seulement il ne pourrait pas, mais qu’il ne serait plus en vie longtemps après, s’il decidait d’accepter que Jérusalem soit reconnue une, et indivisible sous souveraineté exclusive d’Israël.

Nous l’avons vu par la suite, toutes les rétrocessions israéliennes des villes en majorité arabe palestinienne n’eurent aucun effet, bien au contraire, elles devinrent des repaires de terroristes, ceux-ci prirent fin suite aux attentats suicides perpétrés à partir de ces territoires évacués par l’armée Israélienne.

J’ai su plus tard de source sûre, que les négociateurs israéliens ne prirent pas au sérieux l’aveu d’Arafat dès le début des pourparlers, sur son impossibilité de signer un accord tel que proposé par Israël sur Jerusalem, ils pensèrent qu’avec le temps, et qu’après des accords intérimaires généreux pour les palestiniens, la confiance revenant, Arafat finirait par faire admettre à son peuple une Jérusalem sous souveraineté israélienne.

Ce fut une grave erreur d’appréciation, peut-être même fut-elle décisive, on en paierait jusqu’à ce jour les conséquences, ceci dit, les erreurs certaines fois, ont des répercussions heureuses, les palestiniens en Judee-Samarie ent pris leur destin en mains et les territoires rétrocédés vont certainement servir de base effective à leur futur état.

On peut dire que la rétrocession de Gaza dans les conditions dans lesquelles elle fut réalisée fut une grave erreur, je pense au contraire, qu’en définitive, elle a démontré au monde entier de quoi les palestiniens sont capables quand on leur fait confiance entièrement, en tout cas dans ce territoire, les attaques perpétrées par le Hamas ont ouvert les yeux des israéliens qui n’accepteront plus des concessions territoriales qui mettraient leur sécurité en danger, reason why, il ne faudra plus compter sur la naïveté des dirigeants politiques israéliens.

Pour toutes ces raisons, je pense qu’en définitive, M.Trump rend un service à M.Abbas en lui « IMPOSANT » cette reconnaissance américaine de Jérusalem qu’il n’aurait jamais pu accepter lors de futures negociations, et que celles-ci auraient encore achoppé sur ce problème de Jérusalem, ce que le Président Trump veut absolument éviter.

Qu’aurait à perdre M.Trump, les négociations n’ont jamais rien donné, justement à cause de Jérusalem, il fait le pari que l’abcès ainsi percé, tout le reste ne pourra être que plus aisé à négocier, jamais nous n’aurons été si proches d’un accord, depuis que beaucoup d’états arabes voient en l’état d’Israel, plutôt un allié qu’un ennemi héréditaire, l’ennemi étant désigné, désormais c’est l’Iran des Mollahs, et Abbas pensent-ils, devra en prendre note et s’y faire.

Je ne suis pas de ceux qui pensent que la rue arabe et musulmane dans son ensemble feront reculer cette annonce, après quelques soubresauts pour marquer le coup, tout le monde finira par entériner cette décision, cette annonce, et faire l’analyse qu’en définitive, l’épine du pied ainsi « retirée « ouvrira enfin une perspective de guérison, et redonnera aux négociations des chances d’aboutir, enfin !

Par contre je me méfierai quand même de la contre-partie qu’aura offert M.Trump à M.Abbas, si celui-ci ne lui compliquait pas une tâche, celle de réussir enfin à obtenir, lui Président tant moqué et décrié surtout actuellement, une paix tant de fois négociée, mais jamais réalisée.