Je tiens tout d’abord à remercier Guershon Nduwa qui avec son équipe de la Fédération Juive Noire organise maintenant depuis 10 ans cet hommage pour Ilan Halimi.

Vous êtes aujourd’hui nombreux à vous être déplacés et je suis très heureux de voir ENFIN certaines institutions ou organisations se joindre à nous pour se souvenir d’Ilan.

10 ans, 10 années depuis l’assassinat sordide d’Ilan. 10 ans que nous pleurons sa mort. Et que s’est-il passé depuis ?

L’attentat contre Charlie hebdo, l’assassinat d’une policière municipale, l’attentat contre l’Hyper casher, l’attaque du stade de France, le carnage du Bataclan et les fusillades dans les cafés autour.

10 ans que nous subissons, tous, juifs, musulmans, chrétiens, athées cette barbarie qui se nomme terrorisme.

L’assassinat d’Ilan est le symbole même de l’antisémitisme et de ses préjugés. On enlève, on demande une rançon, on torture, on tue un être humain car il est juif, car on pense que les juifs sont riches, on croit que les juifs ont le pouvoir, on imagine que les juifs sont à la tête d’un complot.

Le complotisme, cette nouvelle maladie qui gangrène la France. Cette nouvelle maladie, malheureusement si répandue dans la jeunesse française, qui colporte la haine de l’autre.

La lutte contre le complotisme doit être la priorité absolue des gouvernements. Gouvernements au pluriel car ce n’est pas un combat franco-français mais une lutte de tous les exécutifs européens et mondiaux.

Pour que l’assassinat d’Ilan ne se reproduise pas, les réseaux sociaux tels que Google, Facebook, Twitter doivent mettre la main à la pâte. Ils doivent contrôler ce qui est écrit et propagé dans leur réseau.

Mesdames et Messieurs les dirigeants de ces réseaux sociaux, en laissant la haine se propager par l’intermédiaire de vos réseaux, vous êtes complices, n’en vous déplaise, de tous ces malheurs.

Depuis l’assassinat d’Ilan, nous ne pouvons oublier les cris de « mort aux juifs » entendus lors des manifestations en juillet 2014 dans cette ville de Paris, symbole des droits de l’homme.

La France n’a alors pas compris que ce n’était pas seulement les juifs qui étaient visés mais c’était elle et la laïcité qu’on voulait atteindre par ces cris. Les attentats du 13 novembre en sont la meilleure preuve.

Ces anti-juifs détestent autant les juifs que la France et la laïcité.

C’est pour cela que tous ensembles sans distinction de couleur politique, de religion, nous devons combattre ce fléau qui est l’antisémitisme et le racisme. Nous devons crier que la France doit rester ce pays laïc où chacun a le droit de croire ou de ne pas croire.

Nous ne devons en aucun cas faire des amalgames.

Opposer les religions entre elles, diviser la population : c’est exactement le but de ces barbares.

Je vous le répète encore une fois : ne nous divisons pas, ne faisons pas d’amalgame et surtout restons unis contre les assassins d’Ilan et contre tous ceux qui ont fait du racisme et de l’antisémitisme leur idéologie.