Non seulement Abbas ne veut qu’un seul état mais de plus, il veut un état unitaire où musulmans, chrétiens et juifs disposeraient des mêmes droits, et il espère l’obtenir sans avoir à passer par la négociation avec Israël, cet état pourra dans un premier temps s’appeler Israël jusqu’à ce qu’avec une majorité arabe, la Knesset décide d’un nouveau nom : « État de Palestine Unie et Démocratique ».

Ce n’est pas farfelu de la part du président de l’Autorité palestinienne, comme il pense que le temps joue pour les Palestiniens, et quand on voit comment dans toutes les instances internationales, il arrive à faire voter tout ce qu’il propose, il lui est permis d’espérer ce scénario tout à fait crédible.

Il faut prier afin qu’Israel soit assez fort, et qu’il ait toujours le soutien des USA, et que ceux-ci aient à leur tête des hommes courageux et honnêtes de la trempe de… Trump, pour mettre le veto américain sur toutes les résolutions contraignantes contre Israël, qui ne manqueront pas de tomber, vu la mauvaise foi des nations quand il s’agit de voter contre ce petit pays.

Il ne faudra surtout pas espérer de soutien de la part de l’Europe qui vit déjà depuis longtemps sous « Syndrome de Stockholm » ce qui l’empêchera de plus en plus de réagir en faveur d’Israël, cette Europe est prise en otage par des populations de plus en plus nombreuses pour lesquelles, seul le conflit israélo-palestinien compte, et qui poussent à un soutien inconditionnel des Palestiniens.

Au sein de l’Europe, la France joue un rôle majeur, elle détient un droit de veto, et sans l’accord de ce pays, jamais Israël ne pourra obtenir gain de cause, pour cette raison, je pense qu’Israël devrait insister auprès de la France, meilleur allié des Palestiniens, afin d’inciter ceux-ci à revenir sur leurs exigences, identiques à celles qu’ils réclamaient voilà 70 ans, on peut toujours rêver…

En laissant trainer la situation voire la laisser pourrir sur le terrain, la stratégie des Palestiniens est de laisser les Israéliens de plus en plus nombreux à vouloir s’installer en Judée-Samarie, y construire tellement de nouveaux programmes qu’à terme, la solution à deux états devienne impossible à mettre en application.

Les Palestiniens mettront alors toute leur influence pour persuader toutes les instances internationales, toujours prêtes à leur apporter leur soutien, pour défendre l’idée qu’un seul état unitaire serait la meilleure solution au conflit, le pire c’est que ces organisations appuieront encore davantage cette solution à un état, qu’elles n’ont appuyé la solution à deux états.

Voilà à mon avis la véritable raison du refus d’Abbas de répondre favorablement aux demandes de Netanyahu de reprendre sans conditions préalables, les négociations de paix.

C’est aussi pour ne plus avoir à subir des pressions qu’Abbas a sauté sur l’occasion de la reconnaissance de Jérusalem par Trump, pour mettre sous l’éteignoir pour un bon bout de temps, une négociation dont il se méfie au plus haut point.

De plus, la reconnaissance de Jérusalem par Trump comme Capitale d’Israel a mis complètement de côté les négociations pour une réunification entre le Hamas et l’Autorité palestinienne, cela ne pouvait mieux tomber pour cacher le fait que celle-ci était impossible à réaliser, vu les conditions exigées par chacune des deux parties.

Pour toutes ces raisons, je pense que seul un nouveau leadership palestinien, une autre génération, qui mettra dehors celle corrompue d’aujourd’hui, pourra rendre possible une paix dont les paramètres existent depuis longtemps et dont tous protagonistes honnêtes et responsables savent, que rien n’est insurmontable, si on veut vraiment arriver à une solution juste.

Il est conseillé de prendre « son mal en patience » si on désire une paix rapide.