Et voilà ! Un mois d’angoisse, un mois passé devant la télé au point de devenir carrément ‘addict’ à la deuxième chaîne de télévision. Un mois où la seule musique entendue sur mon Iphone était celle des sirènes de l’application ‘Tséva Adom’. Et après ?

Après, le grand vide ! Et un grand un soulagement de voir nos soldats revenir du bon côté de la frontière. Et puis le jeun passe, l’esprit se repose un peu et au fil de la lecture des différents post sur facebook les questions m’assaillent.

Est-ce que tout cela est vraiment terminé et dans quelles conditions ?

Mais avant tout, un petit dialogue que j’ai eu le jour de Tisha Be Av avec un soldat revenu la veille de Gaza. Je l’ai connu alors qu’il marchait à peine et maintenant il m’apprend qu’il appartient à une unité d’élite.

–      Alors comment cela s’est passé ?

–      Ca va, un peu dur mais ca va… j’ai pas enlevé mes chaussures pendant 15 jours… je te dis pas la quantité de talc après (rires)

–      Et alors, vous avez fait du bon boulot ?

–      Ah je peux te dire qu’ils ont reçu une sévère correction.

–      Toi tu étais où ?

–      Au plus avant, très avant…

–      Tu penses qu’ils ont leur compte, que vous avez fini le boulot ?

–      Non !

–      Ouf, c’est dur ce que tu me dis là.

–      Ca va aller ‘gever’, t’inquiète, on sera toujours là.

J’avais déjà des cendres sur la tête et voilà t’il pas que maintenant j’en avais plein la bouche avec en plus une bonne dose de larmes dans les yeux. Je revois ce gosse qui venait me taxer des bonbons le vendredi soir… et maintenant c’est lui qui me rassure, qui me dit que tout ira bien, qu’on peut leur faire confiance.

Ben j’ai pleuré… J’ai mis du temps à rentrer chez moi parce que je ne voulais pas que l’on me voit comme ça.

Aujourd’hui, je lis la presse israélienne, je reçois des infos de diverses sources (sûres…).

Exergues :

Israël veut transférer du sang à Gaza. Ce sang a été prélevé sur des donneurs palestiniens et donné par l’AP à Israël pour transfert à Gaza. Refus catégorique du Hamas… qui a finalement accepté après plusieurs jours.

La compagnie d’électricité israélienne a commencé la réparation des lignes haute tension endommagées par les tirs de roquettes… sous haute protection de l’armée. Ils font cela côté israélien. Le problème est que les lignes sont aussi endommagées côté Gaza et que… personne ne cherche à réparer.

Depuis le début de l’offensive terrestre, près de 1800 camions chargés de produits de première nécessité sont entrés dans Gaza via le point de passage de Keren Shalom. No comment !

Bon, j’en ai encore plein des comme ça mais j’ai plus la force…

Je n’ai pas non plus la force de me réjouir des vidéos faites par des journalistes qui enfin disent la vérité sur l’utilisation par le Hamas des zones habitées par des civils comme base de lancement des missiles.

Ce que je me demande c’est où allons-nous comme cela ?

Loin de moi de critiquer notre gouvernement, je ne prendrai pas la place de Bibi pour tout l’or du monde. Non, je suis inquiet de la suite car il est évident que nous ne pouvons pas négocier ni composer avec le Hamas.

J’avais écris il y a quelque temps sur les mauvaises solutions entre lesquelles Netanyahou devrait choisir (pour lire l’article, cliquer ici). Finalement, je ne m’étais pas trop trompé et se profile la solution de ‘remise des clés de Gaza à Abbas’.

Et je ne pense pas me tromper non plus quand je disais que c’était une mauvaise solution… mais a-t-on le choix ?

Le plan présenté par l’Egypte prévoit l’ouverture du terminal de Rafiah sous contrôle de l’Autorité Palestinienne donc… de Mahmoud Abbas. Sur ce point, le Hamas et les autres factions acceptent. Ne font-ils pas partie du gouvernement d’union nationale de réconciliation ?

Deux problèmes à l’horizon :

a) Les forces de police palestiniennes vont devoir prendre le contrôle du terminal côté Bande de Gaza. Cette poignée d’homme pourra t’elle résister à « ceux qui ont si vaillamment tenu tête à Israël » ? Comment pouvons-nous être sûrs que la corruption ne minera pas les troupes d’Abbas ? Quelles garanties les Egyptiens donnent-ils sur le transfert des armes ou terroristes en tout genre.

b) La réconciliation prévoit l’organisation d’élections sous 6 mois. Qui nous garantit que le Hamas ne gagnera pas une nouvelle fois ? L’organisation terroriste sera t’elle interdite ? Abbas pourra t’il empêcher qu’ils présentent des candidats aux élections ?

Mais les négociations ne parlent pas pour le moment de points cruciaux comme la fermeture de tous les points de passage entre Israël et la Bande Gaza. Israël devra t’elle continuer à « gérer » l’accès à l’aide humanitaire ?

Pourquoi ne pas envisager que tout passe par l’Egypte pour être transféré via Rafiah, avec un engagement de a-Sissi sur le contenu des convois ? Et si Abbas n’est pas assez fort, ne peux t’on envisager un contingent de casques bleus pour assurer cette tâche ?

En fait, l’on se rend compte qu’Israël n’est pas près de se défaire du problème Hamas dont finalement personne ne veut. Il est facile aux USA et aux Européens d’imposer à Israël de gérer ce dossier alors qu’il serait si tentant pour nous de couper les ponts totalement.

Mais alors, qui va fournir l’eau, l’électricité, qui va recevoir les aides internationales et les transférer à Gaza ?

A tort ou à raison, nous sommes tenus de faire ce que personne d’autre ne veux prendre en charge. Et ceci pour notre propre tranquillité car tant que nous contrôlons tout ce qui entre et sort de Gaza, nous empêchons un peu le Hamas de s’armer et de mettre nos citoyens en danger.

A tort ou à raison ? A vous de décider. Personnellement, je pense que l’on revivra ce cauchemar sous peu… en espérant que cela ne devienne pas un film d’épouvante.