Vingt ans et un vieil Olympus à la main, qu’il ne lâchera plus. Et puis l’excitation de développer la photo et de découvrir si la scène vue et saisie est rendue fidèlement sur le papier glacé. Tout à la fois figée et vivante, l’image se dévoile par touche dans la chambre noire. Voilà ce qui a nourri la passion grandissante de Abu Dekel pour la photographie. Pellicules à changer, tirages, un temps où la photographie est un art plus manuel que numérique.

Et son nouvel ami l’accompagne partout, sur la route à ses côtés il partage avec lui son amour pour les voyages. C’est ainsi que Abu Dekel perçoit la magie de la photographie à arrêter un moment ou l’interpréter avec une perspective différente. L’expérience est un moment d’émotion. Sans connaissance technique ni formation professionnelle, Dekel est pris par l’envoûtement des images gravées en miniature sur les films, les jours d’attente jusqu’au développement, la précision minutieuse du rendu des couleurs. Des centaines de photos mitraillées à la seconde et des tonnes de pellicules utilisées pour être sûr de sortir un bon cliché. L’impatience du résultat.

Au fil des ans, les appareils photo ont évolué et le monde de la photographie est passé au numérique. Pour Abu la magie continue d’opérer. Soudain, l’image capturée est immédiatement visible sur l’écran de l’appareil, la prise de photos est sans réelle limitation et le nombre de possibilités ne fait que grandir. Et la photographie a pris un volume plus important dans la vie d’Abu, naturellement après vingt-cinq ans en amateur, il a décidé d’étudier la photographie, et ses nouveaux clichés l’emmènent à vivre d’autres expériences, à un niveau supérieur, à un niveau supérieur dans la représentation du mouvement des oiseaux et de la danse. 

Après un voyage en Tanzanie où il a ainsi photographiait des animaux dans leur habitat naturel, Abu Dekel retourne à Jérusalem, « un des endroits les plus spéciaux au monde » : « Une ville pleine de couleurs, de gens spéciaux, de parfums et de saveurs uniques. Une ville où je pourrais tout trouver. Déambuler dans les ruelles de la Vieille Ville, dans les rues du marché, dans les quartiers colorés offre d’innombrables opportunités. Sans doute l’un des plus beaux endroits au monde pour la photographie et la randonnée. »

Abu Dekel nous invite à voyager avec lui jusqu’au bout de l’imagination… 

Facebook: https://www.facebook.com/dekel17/

Instagram: dekelabu17