« Un avant et un après 7 Janvier » en France

Au matin du mardi 11 septembre 2001, dix-neuf terroristes détournent quatre avions de ligne. Deux avions sont projetés sur les tours jumelles du World Trade Center (WTC) à Manhattan (New York) et un troisième sur le Pentagone, siège du Département de la Défense, à Washington DC, tuant toutes les personnes à bord et de nombreuses autres travaillant dans ces immeubles. Les deux tours – dont les toits culminent à un peu plus de 415 m de hauteur – s’effondrent moins de deux heures plus tard, provoquant l’anéantissement de deux autres immeubles. Le quatrième avion, volant en direction de Washington, s’écrase en rase campagne à Shanksville, en Pennsylvanie, après que des passagers et membres d’équipage aient essayé d’en reprendre le contrôle.

Plusieurs milliers de personnes sont blessées lors de ces attaques qui causent la mort de 2 973 personnes.

En France vers onze heures trente, au matin du 7 janvier 2015, deux hommes puissamment armés attaquent la rédaction de Charlie Hebdo. La fusillade, qui commence comme une exécution, laisse sur le pavé douze personnes, sans compter quatre blessés dans un état désespéré. Parmi les victimes, deux policiers, mais aussi :
Charb (Bernard Charbonnier), directeur de la publication
Cabu (Jean Cabut)
Wolinski (Georges Wolinski)
Tignous (Bernard Verlhac)
Oncle Bernard (Bernard Maris)
Michel Renaud, fondateur de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

L’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo va sans aucun doute changer beaucoup de choses dans les rapports qu’auront les français au terrorisme. Face à la montée de l’intégrisme et du sentiment anti-étrangers voire anti-islam, qui ne cesse de s’accroitre en Europe, notamment ces derniers temps, ces événements risquent de crisper une fois encore les rapports des européens à l’immigration.

L’Europe qui vivait le terrorisme jusque-là à travers des interventions dans des pays étrangers, lointains, doit lutter contre un phénomène tout nouveau et difficile à contenir: le terrorisme sur son propre sol, perpétré par ses propres ressortissants. Comment lutter contre un ennemi qui se cache dans votre propre maison ? C’est ce à quoi doit s’atteler les européens. Une tâche bien difficile qui ne va pas rester sans traces, hélas.

Comme en Amérique, il y aura désormais en France un avant et un après